Depuis février 2021 nous voyageons à bord de notre camping car Hymer de 1990 baptisé Jolly Jumper. Nous avions déjà réalisé quelques travaux de rénovation lors de son acquisition ainsi que toute l’installation solaire pour être totalement autonomes et pouvoir travailler sur les routes. Il y a une pièce que nous n’avions en revanche pas encore touchée : la salle de bain. Très petite, mais pratique, elle comportait un évier, une douche et des toilettes chimiques classiques de camping-car. La question de les convertir en toilettes sèches s’est rapidement posée, mais nous souhaitions avoir un peu de recul et de témoignages avant de nous décider.

Finalement, nous avons sauté le pas et créé nos propres toilettes sèches sur mesure pour Jolly. Vous êtes intéressé par la construction de toilettes sèches pour votre camping-car, van ou fourgon aménagé ? On vous raconte toutes les étapes de fabrication et d’installation dans cet article complet.

Fabriquer des toilettes sèches pour camping-car

L’expérience des toilettes chimiques en camping-car

Les anciens WC de Jolly étaient d’origine et donc vieux de tout de même 31 ans ! Il s’agit de toilettes chimiques classiques Thetford avec une cassette de 20L et un système de chasse d’eau. C’est le type de modèle qu’on retrouve dans la grande majorité des camping-cars.

Toutes les matières sont mélangées et il faut ajouter un produit plus ou moins chimique pour neutraliser les odeurs et dissoudre le papier toilette et le reste. À l’usage c’est donc à peu près la même chose que des toilettes à la maison, sauf qu’il faut bien sûr vidanger la cassette. Cela se fait dans des dispositifs spéciaux prévus à cet effet, sur des aires de camping-car ou dans les campings. C’est parfois gratuit, parfois payant, et plutôt désagréable comme tâche.

Nous avons utilisé ce système pendant environ 6 mois et on vous donne notre bilan. Niveau autonomie, pour deux personnes nous devions passer à l’étape vidange au bout de 3 à 4 jours. En période estivale, il faut dire que des odeurs désagréables se dégageaient de la cassette. C’était d’autant plus le cas lorsque nous choisissions des produits soi-disant plus naturels.

Les vidanges n’étaient pas non plus une partie de plaisir, on s’y fait, mais ce n’est pas vraiment un moment agréable. Aussi, dans certains secteurs, il est difficile de trouver des aires de vidanges. Même les campings refusent parfois de laisser les voyageurs vidanger leurs WC contre quelques euros s’ils n’y passent pas la nuit. Autour de Nice par exemple nous avons dû aller au camping faute d’autre choix. Ce n’est pas dramatique bien sûr, mais contraignant. C’est également problématique dans d’autres pays de l’Europe que nous comptons explorer dans un futur proche.

Enfin, la question d’impact environnemental s’est longtemps posée, et les WC chimiques sont quand même sacrément plus polluants que les toilettes sèches.

Pourquoi passer aux toilettes sèches en van ?

L’idée de fabriquer des toilettes sèches trottait dans notre tête depuis un moment. Utiliser de l’eau potable dans nos toilettes alors que nous sommes limités en eau quand on voyage en camping-car est absurde. C’est d’ailleurs tout aussi absurde que dans les maisons occidentales.

Devoir utiliser des produits chimiques alors que nous essayons d’avoir une consommation la plus naturelle possible dans la vie de tous les jours ne nous emballait pas non plus. L’autonomie en jours était assez limitée et devoir trouver des zones de vidanges était une contrainte supplémentaire dont nous voulions nous débarrasser. Enfin, ce qui nous a décidés à franchir le cap, c’est que dans beaucoup de pays d’Europe, de l’Est notamment, les zones de vidanges sont très très rares. Des amis voyageurs nous ont ainsi fait part de la difficulté de vidanger là-bas (coucou @Wheelsfreed ). Or, nous projetons d’aller nous balader un peu partout en Europe avec Jolly.

Il s’agissait donc d’une problématique assez urgente si nous ne voulions pas être obligés à aller dans des campings tous les 3 jours.

Comment installer des toilettes sèches dans un camping-car ou un van aménagé ?

Il existe plusieurs manières de faire des toilettes sèches, de la plus simple à la plus sophistiquée avec des systèmes de ventilation par exemple.

De notre côté, après pas mal de recherches et d’infos récoltées après d’autres voyageurs, nous avions décidé que nos toilettes seraient équipées d’un système de séparation d’urine. Cela veut dire que les liquides sont séparés des solides dans différents compartiments. Cela permet d’éviter les odeurs, de gagner en autonomie et d’utiliser moins de sciure. En revanche, cela implique une installation un peu plus complexe. Il faut être organisé et disposer de suffisamment d’espace. Avec notre toute petite salle de bain, ce n’était pas évident, mais avec un peu de réflexion tout est faisable.

Les plans des futures toilettes sèches

Maintenant que nous avons choisi ce que nous voulons, il faut faire les plans. Pour connaître les tailles de contenants et la quantité de matériau nécessaire, il vaut mieux prévoir. En tant qu’architecte, je me suis donc amusée à réaliser les plans de nos futures toilettes sèches sur mesure à la main puis sur mes logiciels informatiques. Cela me permettait de tout projeter au millimètre près, et ce n’est pas du luxe ! L’espace disponible que nous avions étant très restreint, chaque centimètre comptait.

Les différents essais de plans vus du dessus, de côté, de face des toilettes sèches pour notre camping-car.

Pour réaliser les plans, les éléments importants à prendre en compte étaient :

  • les dimensions exactes de l’espace disponible
  • la taille et forme du séparateur
  • prévoir les ouvertures pour sortir les seaux et bidons
  • l’épaisseur des planches de bois

Avec tout cela, j’ai pu déterminer la taille maximale des contenants que nous pouvions installer. Dans le petit espace à disposition, nous avons donc choisi un bidon de 10L pour l’urine et un seau de 10L pour le reste. Ce n’est pas énorme, mais cela devrait nous permettre de tenir presque une semaine. Nous avons pas mal cherché pour trouver ces éléments dans les dimensions adéquats. Le bidon est un modèle extra plat (12 cm de large) et le seau de forme rectangulaire.

Le matériel nécessaire pour des toilettes sèches DIY

Nous avons trouvé l’élément clef de nos toilettes sèches, à savoir le séparateur d’urine chez Trobolo. C’est une entreprise allemande spécialisée qui propose des kits complets ou des éléments séparés pour les créer soi-même. Pour les seaux et bidons, nous nous sommes fournis dans les grandes enseignes de bricolage et en ligne.

Pour la structure des toilettes sèches de notre camping-car, nous avons choisi des planches et des tasseaux en sapin en 18mm ainsi que des chutes de contreplaqué marine. Enfin, nous avons également dû nous procurer des éléments de quincaillerie entre autres :

  • équerres
  • vis
  • charnières
  • huile pour traiter le bois
  • joint d’étanchéité

Concernant les outils, nous avions besoin d’une scie sauteuse et d’une perceuse-visseuse. Nous pensions les louer ou les emprunter, mais avons finalement opté pour l’achat des deux machines étant donné que nous serions amenés à les réutiliser pour d’autres travaux. Le prix de la location pour quelques jours revenait finalement plus cher que l’achat.

Conversion des WC chimiques en toilettes sèches : les travaux

Nous nous sommes arrêtés trois jours dans un camping près de Nice. L’endroit n’était pas paradisiaque, mais il y avait tout à portée de main si nécessaire. Nous avions les sanitaires du camping et de l’eau le temps des travaux.

En effet la première chose à faire pour enlever les toilettes chimiques est de vidanger le circuit d’eau. Comme les WC étaient reliés à la cuve d’eau propre du camping-car, il fallait vider la cuve et s’assurer qu’il n’y ait plus d’eau dans les tuyaux. À ce moment-là, on peut déconnecter le raccord électrique de la chasse ainsi que le tuyau d’arrivée d’eau.

Après ça, il y a quelques vis à enlever et le bloc toilettes se retire en le soulevant, tout simplement (merci la vidéo de @JupiterCamper ). Avant de commencer les travaux, il ne reste qu’à condamner l’ancien tuyau de la chasse d’eau, pour cela nous avons simplement remplacé le raccord en T par un raccord droit.

Mesurer, tracer, découper, poncer et recommencer.

Maintenant que la zone est dégagée, nous pouvons commencer à nous projeter. Malgré mes plans, nous reprenons toujours les mesures sur place, il vaut mieux vérifier, et tout n’est pas forcément très droit et perpendiculaire, comme dans une maison.

Nous commençons donc par tracer et découper l’abattant des WC, la structure du meuble et à chaque pièce découpée on vérifie que tout s’emboite bien. On assemblera tout définitivement une fois que chaque pièce sera découpée. Nous passons donc une journée à scier et poncer chaque élément. À la fin de la journée, nous avons un peu notre meuble toilettes fait maison Ikea prêt à être monté.

Traitement du bois contre l’humidité

La salle de bain du camping-car est petite et la douche n’est pas séparée. Un rideau permet de ne pas mettre de l’eau partout, mais il peut y avoir quelques éclaboussures sur les WC et bien sûr ces derniers sont donc fortement exposés à l’humidité.

Comme nous avons choisi de fabriquer nos toilettes en bois, nous devions le traiter pour qu’il ne moisisse pas et ne se déforme pas. Pour cela, nous avons opté pour l’huile de lin, un produit naturel. Nous pensions l’utiliser seul, mais nous l’avons finalement associé à de l’essence de térébenthine qui est une huile essentielle issue de résineux. Cela permet entre autres de mieux faire pénétrer l’huile dans le bois.

Pour accélérer le temps de séchage, on peut ajouter un siccatif, mais nous ne l’avons pas fait. Nous avons mis trois couches de ce mélange, en modifiant à chaque pose les proportions. Idéalement il faut penser à entretenir le bois au minimum une fois par an.

Assemblage des toilettes sèches

Après avoir attendu que l’huile pénètre bien et soit sèche, nous pouvions commencer l’assemblage des toilettes sèches. L’excitation est à son comble ! Premièrement, nous posons une plaque au sol et en fond. Elles servent de base au meuble. Ces plaques sont fixées par des vis dans le mur et au sol.

Nous avons fait une découpe dans la planche du sol pour que le bidon soit légèrement plus bas que le reste afin que le séparateur d’urine se positionne bien.

Ensuite, nous créons un petit caisson qui fera office de bac à sciure. Nous mettons les seaux et bidons en place pour ajouter des tasseaux afin de les caler et qu’ils ne bougent pas sur la route.

Il nous reste de l’espace d’un côté pour créer un peu de rangement (papier toilette, pelle…). Nous avons donc créé une ouverture depuis la trappe des anciens WC chimiques pour y accéder facilement.

Enfin, il ne reste qu’à fermer le devant du meuble, positionner la planche du dessus et l’abattant, en utilisant des charnières pour les ouvrir. Quelques joints pour assurer l’étanchéité à l’eau au pied et sur le côté des WC et le tour est joué.

Les toilettes sèches de notre camping-car

Utilisation des toilettes sèches en camping-car

Après deux semaines d’utilisation, nous sommes ravis de notre conversion des toilettes chimiques en toilettes sèches. Esthétiquement, nous sommes plutôt satisfaits du résultat, cela égaye un peu la salle de bain. Le bois a un côté beaucoup plus réconfortant et chaleureux que le plastique. En pratique, nous sommes également convaincus des avantages de la transformation.

Premièrement, grâce au système de séparation, nous n’avons aucun souci d’odeur. Les vidanges sont également moins contraignantes. Il nous suffit de trouver un sous-bois par exemple et de creuser un trou pour enterrer nos déchets. Nous utilisons évidemment des sacs biodégradables et compostables uniquement. Quant à l’urine, il nous suffit de vider le bidon dans des buissons ou au pied d’un arbre puisqu’il s’agit d’un engrais naturel.

Toilettes sèches pour camping-car fait maison

Quel budget pour des toilettes sèches de camping-car ou de van ?

Des toilettes sèches peuvent être réalisées à moindre coût. Si vous optez pour une version simpliste type seau unique + lunette de WC cela ne vous coûtera presque rien. Cela peut convenir pour des utilisations très occasionnelles comme des toilettes de « secours » dans un fourgon. Ceux qui ne voyagent qu’occasionnellement choisiront sans doute cette option. Il existe aussi des modèles tout faits de toilettes sèches pour ceux qui n’ont pas du tout l’âme bricoleuse. Il y a de nombreux modèles à des prix très variables. De notre côté, les toilettes sèches nous ont coûté :

  • séparateur Trobolo 100€
  • planches de bois et tasseaux ~100€
  • contenants 30€
  • traitement bois 30€

Cela nous fait un total d’environ 260€. Nous n’avons pas compté les quelques vis, charnières, équerres, colle et joints donc grosso modo on peut dire qu’on en a eu pour 300€. Nous n’avons honnêtement pas cherché à faire au moins cher car cela aurait été possible. Et concernant le bois et les tasseaux, nous avons pas mal de chutes avec lesquelles nous allons faire quelques étagères, un caillebotis pour la douche etc…

Bilan de notre conversion

Nous avons pas mal investi dans ces toilettes, mais nous ne regrettons pas du tout. Le quotidien sera sans doute simplifié dans les pays où peu de structures existent pour les vidanges de camping-car. Cela nous permet également d’économiser une bonne dizaine de litres d’eau qui partaient avant dans la chasse d’eau. La sciure ou les copeaux de bois peuvent être récupérés gratuitement en scierie ou s’acheter dans les rayons animaleries des supermarchés tout simplement. C’est pour l’instant ce que nous utilisons et cela fonctionne très bien. Cela revient moins cher au quotidien que les produits de WC chimiques.

Les vidanges sont légèrement plus espacées dans le temps, nous avons gagné un à deux jours d’autonomie. En augmentant la taille du seau, nous pourrions espérer davantage, mais étant assez limités en place il sera compliqué de trouver un contenant plus grand qui pourrait s’insérer. Pour l’instant cela nous convient très bien comme cela.

Enfin, nous sommes également très contents de la réduction d’impact environnemental de notre mode de vie grâce à cette conversion.

De votre côté, quel type de toilettes avez-vous dans votre véhicule aménagé ? Plutôt pour ou contre les toilettes sèches ? On attend vos réactions avec impatience.

Liens utiles :

Voici quelques liens de ressources pour vous inspirer et approfondir la réalisation de vos toilettes sèches pour camping-car, van ou fourgon aménagé :

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous les poser en commentaire de cet article, ou à nous envoyer un message sur les réseaux sociaux.

Propriétaire d’un camping-car, van ou fourgon aménagé, vous souhaitez le louer pour les périodes pendant lesquelles vous ne l’utilisez pas ? Découvrez Yescapa, notre partenaire qui vous permet de rentabiliser votre véhicule en le louant à des particuliers.

Cet article vous a été utile ? Partagez-le pour en faire profiter vos amis !