L’Espagne est vraiment un pays aux mille facettes. Nous n’en avons parcouru qu’un petit bout et sommes déjà stupéfaits par la diversité de paysages. Notre route nous a mené à la frontière entre la Catalogne et l’Aragon. Alors que nous longions les Pyrénées en direction de l’ouest, nous avons été attirés par deux lieux bien connus de ceux qui fréquentent la région, un peu plus au sud des montagnes. Le Congost de Mont Rebei et la muraille de Finestras sont célèbres pour être des lieux magnifiques.

Pour la faire courte, il s’agit de sentiers de randonnées qui serpentent dans des gorges. À flanc de falaises rouges et bordant une eau bleu turquoise, le Congost de Mont Rebei est une destination à voir absolument si vous passez par l’Aragon ou la Catalogne. Ces deux coins reculés permettent d’en prendre plein les yeux dans un cadre singulier. Ils résultent en réalité du mélange entre l’érosion qui a travaillé la roche pendant des millénaires et la création d’un lac de barrage sur la rivière Noguera Ribagorzana. Difficilement accessibles par la terre, ces deux spots réputés méritent le détour. Sur place, il est possible de pratiquer différentes activités comme le kayak, la randonnée ou simplement se balader et profiter du cadre exceptionnel qu’offre la région.

Nous avons effectué de nombreuses recherches pour trouver comment y arriver avec notre vieux camping-car sans avoir à passer au garage sur le chemin du retour. Bonne nouvelle, nous avons trouvé un chemin d’accès, tant pour le Congost de Mont Rebei et ses passerelles vertigineuses que pour la moins fréquentée muraille de Finestras. Il aura néanmoins fallu prendre nos sacs à dos et mettre les chaussures de randonnée pour explorer le secteur. On décrypte ici cette escapade au pays de Cervantes. 

Randonnée au Congost de Mont Rebei en Aragon

Où se trouvent le Congost de Mont Rebei et la muraille de Finestras ?

La Noguera Ribagorzana est une rivière du nord de l’Espagne qui prend sa source dans les Pyrénées. Elle fait office de frontière entre les provinces de Catalogne et d’Aragon. L’un des nombreux lacs de barrage qui jonchent le cours d’eau, l’Embalse de Canelles abrite le Congost de Mont Rebei et la muraille de Finestras. Ces deux spots sont séparés à vol d’oiseau de seulement quelques kilomètres. En revanche, pour les rejoindre par la route, c’est une autre histoire. 

Le Congost de Mont Rebei est situé côté catalan à une soixantaine de kilomètres au nord de la grande ville de Lérida. La muraille de Finestras est quant à elle dans l’Aragon, entre Alfarras et Viacamp. 

Plusieurs options s’offrent à vous pour accéder à chacun des deux endroits. C’est principalement votre véhicule qui va dicter laquelle vous devrez prendre. Vous êtes prêt à venir randonner avec nous dans ces coins magnifique d’Espagne ? 

Vue sur le Congost de Mont Rebei

Le Congost de Mont Rebei

Le Congost de Mont Rebei est matérialisé par une gorge formée entre les falaises calcaire. À cet endroit précis, la Noguera Ribagorzana s’apprête à donner naissance à l’Embalse de Canelles. Pour accéder au Congost de Mont Rebeil il y a 3 options principales. Jusqu’il y a quelques mois,  il était compliqué de visiter le Congost sans véhicule 4×4. Les routes ont cependant été considérablement améliorées en 2021 !

Par l’auberge de Montfalco

L’auberge de Montfalco est une véritable institution dans la région. Pour nous, cet accès semblait compromis puisque la route qui mène à ce refuge était à priori non revêtue et présente des pentes avoisinant les 15%. Avec notre vieux camping-car de 1990 qui ne dispose pas de Turbo, c’était totalement impossible d’envisager emprunter cette piste longue d’une 15ène de kilomètres depuis Tolva. Nous avons appris après la randonnée du Congost de Mont Rebei que la route a été refaite et qu’elle est en plutôt bon état. Nous n’avons pas vérifié l’information, mais elle nous a été donnée par un groupe de randonneurs français sur place l’ayant empruntée. 

Depuis l’auberge de Montfalco, il faut compter 5km et une bonne heure et demi de marche pour rejoindre le Congost de Mont Rebei. Vous devrez alors franchir deux successions d’échelles à flanc de falaise, vertigineuses et spectaculaires.

Congost de mont Rebei depuis les passerelles de Montfalco

Par le parking de la Masieta

Le parking de la Masieta offre l’accès le plus court au Congost de Mont Rebei puisque seuls 3 petits kilomètres les séparent. Peu de dénivelé et un chemin direct permettent d’arriver au Congost après moins d’une heure de marche à rythme normal. 

Nous n’avons pas testé cet accès donc nous ne pouvons pas vous renseigner sur l’état de la route, mais d’après nos recherches elle est assez accessible. Si nous ne sommes pas allés à ce parking, c’est tout simplement parce que le parking est limité en hauteur avec une barrière à 2m20. Si vous voyagez en van ou en camping-car, c’est plutôt bon à savoir !

Par le parking de la Pertusa

Troisième et dernier accès au Congost de Mont Rebei, le parking de la Pertusa est celui que nous avons choisi par défaut. Il s’agit du plus éloigné et il faut compter 6,5km à pied (aller simple) pour rejoindre le point d’intérêt. Il faut rajouter quelques kilomètres pour les passerelles à flanc de falaise. 

Notre randonnée pour le Congost de Mont Rebei a représenté un aller retour avec 18,5km de marche et 1000m de dénivelé positif. Si vous souhaitez accéder au Congost depuis ce parking, il faudra être en forme et prévoir beaucoup d’eau. La vue depuis le parking de la Pertusa est déjà magnifique et promet des paysages époustouflants tout au long de la randonnée. 

Vue sur le lac de Canelle depuis le Parking de la Pertusa

Muraille de Finestras : pépite cachée de l’Aragon

La muraille de Finestras est considérée comme la muraille de Chine naturelle de l’Espagne. Il s’agit d’une haute falaise calcaire traversée par un bras de l’Embalse de Canelles. L’eau turquoise du lac vient franchir ce mur de roche rouge vertical. Un spectacle saisissant qui se mérite. Quel que soit l’accès choisi, si vous n’avez pas de véhicule tout terrain, il faudra marcher pour venir voir la muraille de Finestras. 

Depuis le pont à l’est de Mas Blanc

Cette option se destine à tous les véhicules qui n’ont pas de bonnes capacité de franchissement. Il faudra tout de même s’affranchir de 5,5km d’une piste non revêtue. Elle reste cependant praticable par temps sec à condition de prendre son temps. Si notre bon vieux Jolly Jumper a réussi, vous ne devriez pas rencontrer de problème. Il suffit de faire attention et de ne pas être trop pressé. Nous disposons cependant d’une bonne expérience de la conduite sur routes non revêtues puisque nous avons parcouru 2500km de pistes 4×4 en Australie (Gibb River Road et Savannah Way). 

Vue sur la muraille de Finestras blog de randonnée et viyage

Notre camping-car se distingue par une bonne hauteur sous-châssis (plus haut que la majorité des véhicules standards), ce qui nous a facilité l’arrivée au départ de la randonnée pour la muraille de Finestras. 

Au terme de cette piste, vous arriverez à un pont qui traverse un bras du lac. La piste se dégrade considérablement après ce pont, et nous vous recommandons de vous garer ici. Une voiture normale conduite par des espagnols s’est retrouvée en grandes difficultés lorsque nous marchions. Ils ont eu beaucoup de mal à faire demi-tour, et ne sont finalement même pas allés voir la muraille. 

Depuis le parking, il faut compter 7,5km de marche pour rejoindre la muraille de Finestras. Nous avons dormi au niveau du pont et avons attaqué la randonnée au lever du jour pour profiter des heures les plus fraîches de la journée. Le sentier n’est pas plat, mais il reste assez facile. Montées et descentes douces se succèdent pour un dénivelé positif total qui n’excède pas 300m. 

Route pour accéder à la muraille de Finestras

Depuis la route de l’Auberge de Montfalco

Il est possible de relier un petit parking au nord de la muraille de Finestras par la route qui mène à l’auberge de Montfalco. Nous n’avons pas choisi cette option à cause de doutes persistants sur l’état de la piste en question. Si vous avez un véhicule tout terrain, ou assez haut, cela devrait passer. Depuis ce point (voir sur la carte) il faut compter 3,5km de marche pour accéder à la muraille de Finestras. 

Carte avec accès et itinéraires de nos randonnées

Dans nos recherches pour venir visiter le Congost de Mont Rebei et la muraille de Finestras, nous avons trouvé beaucoup d’informations. Or nous avons dû naviguer sur au moins 5 sites différents pour extraire tout ce dont nous avions besoin. Un élément principal manquait : une carte qui indique précisement où il est possible de se garer pour chacun des spots.

Il est indéniablement plus satisfaisant d’explorer et découvrir par soi-même. En revanche, quand l’état des routes laisse à désirer et que votre véhicule représente aussi votre maison comme c’est le cas pour nous, il est complexe de se lancer à l’aveugle sur des pistes. Si vous traversez l’Aragon en camping-car ou en van aménagé, vous pourrez vous baser sur notre carte pour trouver les accès au Congost de Mont Rebei et à la muraille de Finestras. C’est aussi valable si vous découvrez la région en voiture.

En bleu, le tracé de notre randonnée au Congost de Mont Rebei (18,5km aller-retour). En violet celui pour la muraille de Finestras (15km aller-retour). 

N’hésitez pas à nous poser vos questions dans les commentaires de cet article, ou par message privé sur Instagram

See full screen

Randonnée Congost de Mont Rebei depuis la Pertusa

Pour ne pas suffoquer sous la chaleur, nous avons quitté notre petit spot de campement d’Ager à 7h du matin. Il était déjà presque trop tard puisque le thermomètre de notre camping-car affichait déjà 25 degrés. Après 20 minutes d’une route étroite, sinueuse, mais de bonne qualité, nous arrivions au parking de la Pertusa. Au programme, une bonne journée de randonnée pour aller voir le Congost de Mont Rebei, mais également les fameuses passerelles à flanc des falaises. 

Congost de Mont Rebei randonnée espagne
Parking de la Pertusa pour aller au Congost de Mont Rebei

Du parking au pont suspendu

Avant d’arriver au niveau du Congost de mont Rebei, un pont suspendu permet de franchir la frontière virtuelle entre Aragon et Catalogne. Côté aragonais, on trouve les fameuses passerelles aériennes. Pour atteindre cette passerelle depuis le parking de la Pertusa, il faut compter environ 5,5km,  300m de dénivelé positif et 400m de dénivelé négatif. Ce n’est donc pas de tout repos, et il est préférable de partir assez tôt le matin en saison chaude. 

Après une première descente suivie d’une montée et d’une redescente, nous arrivons à la passerelle. Le sentier est agréable puisqu’en cette matinée, il est majoritairement à l’ombre. Les nombreux points de vue sur le lac sont magnifiques et on en prend plein les yeux. Nous sommes totalement seuls dans cet endroit pourtant réputé très touristique. Les premiers canoës arrivent en même temps que nous à la passerelle. Ils poursuivent leur route alors que nous franchissons l’aménagement métallique pour nous rendre sur l’autre rive. 

Passerelles de Montfalco

En prenant la direction de l’auberge de Montfalco depuis le pont suspendu, on arrive aux fameuses passerelles. Il faut compter une centaine de mètres de dénivelé positif depuis le pont pour atteindre les premières échelles qui descendent vers les berges du lac. 

Si vous souffrez du vertige, ce passage peut être impressionnant. Les échelles en bois sont totalement sécurisées et ne présentent, en dehors de la sensation de vide sous ses pieds, aucune difficulté. 

Depuis les passerelles de Montfalco, le point de vue sur le lac est vraiment superbe. Nous avons choisi de prendre notre pause repas au bord du sentier, entre les deux successions d’échelles, sur le seul petit point ombragé que nous avons trouvé. Avec le soleil au zénith, il n’y en a pas beaucoup et les places peuvent être chères. Nous avons effectué cette randonnée en semaine à la fin du mois de juin avant l’explosion de la saison touristique. Il y avait beaucoup de canoës qui traversaient le lac, mais finalement très peu de monde sur le sentier. Le week-end ou en période de vacances scolaires, ça doit être une toute autre histoire. 

Congost de mont Rebei depuis les passerelles de Montfalco

Congost de Mont Rebei

Après les passerelles de Montfalco, nous avons fait demi-tour. Nous n’avons pas eu le courage d’aller jusqu’à l’auberge à cause de la température qui augmentait sérieusement. Les prévisions météos annonçaient 33 degrés à l’ombre pour cette journée. 20km nous semblaient largement suffire pour profiter pleinement de ce paysage. Nous avons donc préféré faire demi-tour en sachant qu’une longue marche nous attendait encore.

Direction le Congost de Mont Rebei donc, et plus précisément la corniche qui le longe dans les gorges. 

Corniche du Congost de mont Ribei

Une petite remontée permet d’accéder à l’intersection entre le sentier qui mène à la corniche, celui pour rentrer au parking de la Pertusa et enfin, celui du pont suspendu d’où nous arrivons. La corniche est bien visible depuis l’intersection. Il s’agit d’un chemin creusé dans la roche qui surplombe les gorges de la Noguera Ribagorzana. Il s’agit d’un lieu privilégié pour nos amis les vautours qui nichent dans les cavités des falaises. Ils nous surplombent pendant toute la randonnée et on ne se lasse pas du spectacle de leurs vols planés. De nombreux panneaux signalent qu’il ne faut pas faire de bruit le long du sentier afin d’éviter de perturber ces magnifiques rapaces et leur progéniture. C’était sans compter sur la horde d’espagnols qui hurlaient et sifflaient depuis leurs embarcations. 

Ce passage est à l’ombre et venté, et il faut avouer que c’est très agréable en cette chaude journée estivale. On en profite pour prendre pas mal de photos et faire une petite pause avant de nous lancer dans les longues remontées vers le parking. Depuis le Congost de Mont Rebei, il faudra marcher 5,5km avec 400m de dénivelé positif et 300 de négatif pour retrouver la Pertusa. Le tout, sous un soleil de plomb. Heureusement, nous avions prévu large et il nous reste un peu d’eau. Nous étions parti avec 4L pour deux, et 1L supplémentaire n’aurait pas été de trop.

Mare de Déu de la Pertusa

Avant de retrouver notre maison sur roues, Ania a décidé de prolonger un peu le plaisir et d’aller voir un point de vue supplémentaire. La Mare de Déu est bâtie à quelques centaines de mètres de la Pertusa. Elle est perchée sur une colline et il s’agit d’une chapelle en pierre qui offre un point de vue splendide sur le lac et le Congost de Mont Rebei. Nous avions repéré ce bâtiment le matin en démarrant la rando et nous étions promis d’y faire une halte au retour. J’avoue ne pas avoir eu le courage de m’y rendre tant la chaleur était intense. 

En rentrant au camping-car qui nous attendait sagement sur le parking, le thermomètre affiche 37 degrés. Nous sommes en nage et nous nous mettons en quête d’un endroit ombragé pour la soirée. 

Vue sur le lac de Canelle depuis le Parking de la Pertusa

Bilan randonnée au Congost de Mont Rebei

Nous sommes vraiment contents d’avoir réussi à caler cette randonnée dans notre road trip en Espagne. Cette facette du pays mérite clairement d’être explorée tant elle est diversifiée. À quelques dizaines de kilomètres du piémont pyrénéen, ce paysage de Sierra est vraiment dépaysant. On se croirait plongé dans un Western de Sergio Leone !

En revanche, il y a un aspect qui mérite largement d’être souligné. S’il est magnifique, ce lieu est loin d’être naturel. Le barrage de Canelles est un lac totalement artificiel. Il s’agissait à l’origine d’une rivière qui serpentait dans la vallée. Des hectares de forêt ont été abattus pour permettre aux tractopelles de creuser les berges du plan d’eau. Après l’édification de l’ouvrage et le bétonnage, la vallée a été inondée, détruisant une vaste zone naturelle.

Ces barrages ont un impact majeur sur l’environnement et la biodiversité des rivières, mais également sur l’écoulement et le transport sédimentaires. Ils représentent de fortes sources d’émission de CO2. Pourtant, ils sont vus comme un moyen de produire de l’électricité de manière « renouvelable ». Une énergie vendue comme « verte », pourtant source de la destruction de milieux naturels. Peu de gens s’intéressent réellement à ce qu’il se cache derrière les barrages. Outre ces belles photos et l’eau bleu turquoise du lac, il faut également considérer que la nature a été détruite pour donner naissance à ce lieu.

C’est un point qui nous tient particulièrement à cœur puisque nous n’avons pas trouvé un seul article de blog qui faisait état de cet aspect écologique. Rassurez-vous, nous ne jetons la pierre à personne. Ce sujet reste malheureusement méconnu, la faute à un fort lobbying des producteurs d’hydroélectricité, activité extrêmement lucrative. 

Où loger pour visiter le Congost de Mont Rebei ?

Vous voulez visiter le Congost de Mont Rebei, mais vous ne disposez pas d’un véhicule aménagé ? Plusieurs options s’offrent à vous. La plus simple consiste à vous y rendre avec votre propre véhicule et de louer un hébergement sur place. Il n’y a pas de possibilité de se loger tout près des parkings de départ de randonnée à moins de dormir à l’auberge de Montfalco.

Voici une petite carte qui répertorie tous les logements sur place qui seront pratiques pour vous rendre au Congost de Mont Rebei :

Booking.com

Randonnée Muraille de Finestras

Il aurait été dommage de quitter cette région sans voir la fabuleuse muraille de Finestras. Nous avons bien failli abandonner l’idée en parcourant les articles à son sujet sur internet. Après une journée de repos et de boulot à bord de Jolly Jumper, nous nous sommes rendus au parking du départ de cette randonnée mentionné plus haut dans l’article. Nous avions un peu d’appréhension quant à notre faculté à l’atteindre. Finalement, avec un peu de patience et en prenant le temps de bien négocier chaque virage, nous nous en sommes sortis ! Pour partir tôt, nous avons décidé de dormir au départ de la randonnée. Nous sommes arrivés sur place pour le coucher du soleil et avons pu apprécier les belles couleurs du soir sur les berges rouges de l’Embalse de Canelles. 

Accès muraille de Finestras
Lac Embalse de Canelles Muraille de Finestas

Randonnée de 7,5 km pour la muraille de Finestras

En partant sur les coups de 7h, nous nous sommes affranchis d’un trajet sous le soleil. Et pourtant, il faisait déjà bien chaud. Nous avons suivi la piste qui mène d’abord au village fantôme de Finestras. Il s’agit de ruines d’habitations ayant été abandonnées dans les 1960. La construction du barrage a inondé les champs et toute la vallée où vivaient cette petite communauté, les forçant à quitter les lieux. 

Ermita San Marcos

Un château surplombe les restes du village et offre un joli point de vue sur la muraille. Il s’agit de l’Ermita de San Marcos. Pour voir la muraille de plus près, il faut suivre un petit sentier qui part du centre du village abandonné. On arrive alors au niveau de l’extrémité de l’impressionnante crête rocheuse. 

Point de vue sur la muraille

Il est environ 8h20 quand nous faisons notre arrivée au bord de la muraille de Finestras. Le soleil s’est déjà élevé au dessus des falaises rocheuses. Depuis notre point de vue, il est juste derrière la muraille. Le contre-jour est total, on ne voit absolument rien. Si cela ne facilite pas les prises de vues, nous ne pouvons même pas profiter du cadre qu’offre ce lieu. 

Heureusement, j’ai un petit outil dans mon sac à dos qui me permet de m’affranchir de l’angle. L’utilisation du drone n’était pas autorisée au Congost de Mont Rebei. Ici, il est légal de faire voler le quadricoptère dans la limite de hauteur en place (120m) et dans le respect des autres randonneurs. N’hésitez pas à consulter notre article sur le drone en montagne pour en savoir plus sur son utilisation.

Nous étions seuls donc j’ai pu profiter de la vue depuis le ciel sans déranger personne. Pendant que je fais décoller l’engin, Ania se lance à la découverte du vieux monastère perché sur la muraille. Il s’agit de l’Esglesia de Sant Miquel. 

Elle suit un petit sentier qui descend dans le canyon et remonte à hauteur de la ligne de crête pour atteindre le vieux bâtiment. C’est assez incroyable d’avoir construit cet ermitage ici ! 

Retour au parking

Après une petite heure à profiter de la vue, il est temps de rentrer. Le soleil commence à prendre de la hauteur et la chaleur se fait de plus en plus pesante. Nous avons encore 7,5km à marcher pour retrouver Jolly. Ce chemin du retour aura été assez pénible sous le soleil de plomb de l’Aragon. La piste 4×4 n’est pas le sentier le plus agréable que nous ayons connu. Surtout que le monde commence à arriver.

Les véhicules tout terrain peuvent se garer à hauteur du village abandonné. Nous croisons une petite Seat en difficulté à deux kilomètres du parking. Ils nous demandent à quelle distance est située la muraille de Finestras. Nous leur répondons qu’il reste 5,5km de piste en mauvais état. Le conducteur nous demande si nous parlons de la piste pour voiture. Il n’a pas encore compris qu’il s’agit du même chemin à pied ou en voiture. Lorsque nous arrivons au parking, nous voyons la Seat revenir. Ils n’ont pas dû arriver à la muraille. Ils quittent alors les lieux bredouille. 

Visiter la muraille de Finestras randonnée blog de voyage

Muraille de Finestras : bilan

Cette muraille de Finestras est impressionnante. Elle ne rivalise peut-être pas avec les arrêtes de haute montagne que nous avons l’habitude de côtoyer à travers nos randonnées dans les Pyrénées. À être dans le coin, cela vaut tout de même le coup de passer la voir. En revanche, tôt le matin n’est probablement pas le meilleur moment puisqu’elle est totalement à contre-jour. L’observation, même sans prendre de photos n’est donc pas très agréable. Nous aurions probablement davantage apprécié en fin de journée avec les lumières rougeoyantes du crépuscule.  

Nous n’avons pas été dérangés par le monde. C’est un gros point positif qu’il est important de noter. En partant très tôt, nous étions seuls pour profiter de la muraille. 

Blog de Voyage Muraille de Finestrass

Ces deux endroits du nord de l’Espagne sont magnifiques. Il faut tout de même souligner une fois de plus qu’il ne s’agit pas de lieux naturels. Cela ternit légèrement l’appréciation pour les amoureux de la nature que nous sommes. Il ne faut pas non plus se voiler la face, il reste très peu d’endroits sur Terre où l’impact humain n’est pas visible. Cela dit, il est assez décevant de lire partout qu’il s’agit d’un paradis de nature alors qu’au contraire, ce lac n’est autre que l’oeuvre de travaux humains. 

On espère que cet article vous sera utile si vous recherchez à visiter le Congost de Mont Rebei et la muraille de Finestras. Comme nous l’avons dit plus haut, n’hésitez pas à nous faire part de vos retours et questions en commentaire, ou par message sur Insta ! Vous pourrez d’ailleurs y suivre tout notre road-trip en camping-car à travers l’Europe ! On vous laisse sur quelques images supplémentaires de ces très belles randonnées en Espagne. 

Cet article vous a été utile ? Partagez-le pour en faire profiter vos amis !