Vallée du Marcadau, refuge Wallon et lacs de Cambalès

Vallée du Marcadau, refuge Wallon et lacs de Cambalès

Pour cette nouvelle randonnée dans les Pyrénées, nous vous proposons de découvrir la somptueuse vallée du Marcadau, le refuge du Wallon et les lacs de Cambalès. Située à proximité de Cauterets dans les Hautes-Pyrénées, la vallée du Marcadau est surnommée le Canada français. Vous comprendrez pourquoi en voyant les photos de cet endroit qui a des grands airs du nord-ouest américain.

Que vous soyez en vacances autour de Cauterets ou simplement à la recherche d’une randonnée dans les Pyrénées, la vallée du Marcadau est un classique qui vaut largement le détour. Dans le récit qui va suivre, nous vous présentons notre randonnée sur deux jours le long du gave du Marcadau et jusqu’au dernier lac de Cambalès. Vous êtes prêt à embarquer dans une nouvelle aventure de bivouac sur cette mythique randonnée au coeur des Hautes-Pyrénées ?

la vallée du marcadau : le canada français

Itinéraire randonnée vallée du Marcadau jusqu’au lac de Cambalès

Voici la carte de notre itinéraire pour cette randonnée dans les Hautes-Pyrénées. Aucun problème d’orientation ici, le chemin est très bien marqué tout le long jusqu’au refuge Wallon. Ensuite, il faut suivre les cairns. Il n’y avait ni cairns ni chemin pour mener à notre spot de bivouac.

J’en profite pour rappeler à tous ceux qui souhaitent s’aventurer en montagne et qui n’en n’ont pas l’habitude de prendre toutes les précautions nécessaires. Vous le découvrirez dans la suite de cet article et dans notre article de conseil pour les randonnées sur plusieurs jours dans les Pyrénées, mais en montagne la météo est très instable !

Fin de la parenthèse, place à ce pourquoi vous êtes là : l’itinéraire de randonnée dans la vallée du Marcadau !

Voir en plein écran

pont vallée du marcadau

Vallée du Marcadau : départ du pont d’Espagne

Le départ de la randonnée pour la vallée du Marcadau et du refuge du Wallon se situe au niveau du très convoité pont d’Espagne. Depuis Cauterets, il faut prendre la D920 qui traverse la Raillère (commune de Cauterets) pour arriver au parking de Pountas. L’affluence dans les rues de Cauterets par une belle fin d’après-midi d’été peut-être terrifiante. Attention aux nombreux piétons qui marchent sur la route si vous traversez le village en voiture. Le parking de Pountas est payant et il faut compter 8,50€ pour plus de 12h de stationnement. Il est possible de se garer gratuitement dans les virages précédant le parking.

Comme à notre habitude, nous partons le vendredi en fin d’après-midi. Nous sommes arrivés sur le parking de Pountas sur les coups de 18:30. Il était alors modérément rempli, ce qui représentait une agréable surprise. Un week-end de la mi-août, nous nous attendions à voir énormément de monde sur ce parking qui est le point de départ de nombreuses randonnées autour de Cauterets.

pont d'espagne dans la vallée du marcadau
Le fameux pont d’Espagne

Vers 19h, nos sacs sont bouclés et nous pouvons nous mettre en route en direction du pont d’Espagne et de la vallée du Marcadau. Nous installerons notre bivouac après nous être un petit peu enfoncés dans la vallée. Peu de marche ce soir là, mais bivouaquer nous permettait d’être en mesure de partir tôt et ainsi, d’éviter le monde qui va assaillir la vallée du Marcadau le lendemain matin.

Vallée du Marcadau jusqu’au refuge Wallon

Nous ne mettrons pas le réveil aux aurores ce coup-ci. Après une longue semaine de travail, nous avons opté pour un départ sans pression vers 8h. Après un bon petit déjeuner et le salut des gardes du parc national des Pyrénées, nous plions la tente et nous mettons en route. Le long du gave du Marcadau, la vallée s’éveille à mesure que le soleil monte. Il n’y a pas à dire, ce lieu est unique et vraiment de toute beauté.

le gave du marcadau dans la vallée du marcadau

Le long du gave du Marcadau

Pour atteindre le refuge du Wallon, il faut longer le gave du Marcadau. Le gain d’altitude entre le point de départ au niveau du pont d’Espagne et le refuge est d’environ 450m pour une distance de 8km environ. Le sentier est agréable, parfois aussi large qu’une route selon la berge que vous choisissez. Il s’élève à l’issue du premier plateau de la vallée du Marcadau (environ 45 minutes après le départ du pont d’Espagne). Vous êtes dans le Parc National des Pyrénées.

Après une portion de montée, vous atteindrez le second plateau de la vallée du Marcadau. Là encore, le surnom de Canada français prend tout son sens. Les pins, la prairie verte, jaunie par le manque de précipitations, le gave du Marcadau et son eau translucide qui serpente… tout porte à croire que nous venons de débarquer en Amérique du Nord. Au bout de ce second plateau, le sentier s’élève à nouveau et nous progressons dans la forêt. Nous prenons un peu de hauteur et arrivons à l’embouchure du gave du Marcadau et celui d’Aratille. Le refuge n’est plus très loin.

randonnée pyrénées vallée du marcadau

Refuge Wallon dans la vallée du Marcadau

Après un total d’environ 1h45 de marche cumulé depuis la veille, nous arrivons à l’emblématique refuge Wallon. L’établissement situé à 1866m d’altitude est actuellement en travaux de rénovation. La bâtisse déjà impressionnante, dont la construction date de 1910, va recevoir un coup de neuf sur les fondements de l’éco construction. Une démarche que nous trouvons totalement en accord avec nos idées que l’on ne peut que saluer.

Je vous invite à rejoindre la page Facebook du refuge Wallon pour vous délecter des joutes verbales de son gardien. Cela permet également de suivre l’évolution des travaux et les conditions météo locales.

Si les travaux ne seront probablement pas terminés avant notre prochaine visite, nous avons tout de même hâte de voir l’édifice après sa rénovation ! Ce sont pas moins de 113 couchages qui seront de nouveau disponibles fin 2021. Rendez-vous pris donc. En attendant, nous en profitons pour faire une petite pause et manger un morceau avant de prendre la direction des lacs d’Opale et de Cambalès.

chapelle du refuge wallon dans la vallée du marcadau
Pas de photo du refuge Wallon, mais la très belle chapelle qui vaut le coup d’oeil

Du refuge Wallon aux lacs d’Opale

Pour rejoindre les lacs de Cambèles et d’Opale depuis le refuge Wallon, il faut quitter la très belle vallée du Marcadau. Le sentier se trouve juste derrière le refuge et s’élève en direction nord-ouest. C’est dans la forêt, à l’ombre des pins que nous poursuivons cette très agréable randonnée. Nous passons devant la chapelle qui trône fièrement juste au-dessus du refuge et surplombe la vallée du Marcadau.

À mesure que l’on progresse, le panorama sur le gave du Marcadau est de plus en plus impressionnant. Cette vallée nous fait beaucoup penser à ce que nous avons pu voir en Nouvelle-Zélande.

Vers 2200m, une petite bifurcation du chemin principal permet de rejoindre les lacs d’Opale. Nous optons pour ce petit détour et profiterons du cadre magnifique du grand lac d’Opale pour déjeuner.

petit lac d'opale vallée du marcadau

Les lacs d’Opale

Le sentier s’élève et nous suivons le ruisseau qui descend des lacs d’Opale. Il faut traverser de longs éboulis au dénivelé conséquent. La récompense n’est que plus belle en arrivant sur les berges du petit lac d’Opale. Un dernier effort sera nécessaire pour atteindre le grand lac.

Le grand lac d’Opale est un spot idéal pour le repas de midi. L’eau est plutôt couleur émeraude et les berges escarpées. Il n’y a personne et nous serons seuls pour le restant de l’après-midi. Coup de chance ? Peut-être un peu provoqué par la volonté de s’éloigner des sentiers battus.

lac d'opale dans la vallée du marcadau
Sacré spot pour une pause déjeuner n’est-ce pas ?

Lacs de Cambalès

Depuis le lac d’Opale, après une pause déjeuner bien méritée, le sentier continue de s’élever légèrement et nous amène rapidement sur le grand lac de Cambalès. C’est le plus grand de tous les lacs du coin et il offre de nombreux spots de bivouacs plats, sur l’herbe et à l’abri du vent.

Nous avions en tête de monter au lac supérieur, celui qui se trouve juste en dessous du col de Cambales. Il faut d’abord descendre jusqu’au grand lac, le longer puis remonter en suivant le chemin du col. Un dernier effort s’impose pour gravir les 150 derniers mètres de dénivelé positif de la journée.

Nous installerons notre campement à l’abri d’un muret de pierre. C’est un spot 5 étoiles puisqu’il y a même une table pour cuisiner à l’abri du vent.

bivouac dans les pyrénées
Tout le confort dont on a besoin

Nuit d’orage dans les Pyrénées

Nous vous parlions des dangers qui peuvent survenir lors d’un bivouac en montagne il y a quelques semaines. En ce week-end du 15 août, des orages étaient prévus pour la fin d’après-midi le samedi. Le temps était couvert, mais finalement, rien de menaçant. Sur les coups de 20h, nous cuisinions et mangions dehors.

Nous nous sommes mis au lit assez tôt et je pense que nous dormions à poings fermés dès le coucher du soleil. Or, vers 23h, nous sommes réveillés par une pluie battante. Bientôt, les éclairs nous illuminent comme si nous étions en plein jour. Je ne compte pas 3 secondes après la tombée de la foudre que la détonation retentit. Le bruit est sourd, très fort et raisonne dans le cirque. Les minutes sont très longues. Il aura fallu presque 2h avant de retrouver le silence total.

bivouac lac de cambales randonnée dans les hautes pyrénées
Ciel menaçant mais pas d’orage à déclarer en fin d’après-midi

Des éclairs continuent d’illuminer le ciel au loin. Quelle nuit. Nous peinons à nous rendormir alors que le réveil va sonner dans moins de 4h.

En théorie, nous ne risquions rien puisque nous avions installé notre campement dans une dépression de terrain. La foudre a plutôt tendance à frapper les points hauts, sur les lignes de crêtes ou les pics par exemple. Mais ce n’est pas vraiment rassurant de l’entendre tomber à moins de 3km, au milieu de la nuit. Nous avions déjà subi un orage dans la haute vallée de la Carança, mais il avait été beaucoup moins fort.

lever de soleil en montagne dans les pyrénées
Après la tempête
lac de cambales tout au bout de la vallée du marcadau
Reflets sur le lac de Cambalès au petit matin

Retour au pont d’Espagne par la vallée du Marcadau

À l’origine, nous voulions rentrer par la boucle des lacs. Cela impliquait de bifurquer avant d’arriver au refuge du Wallon et de prendre la direction du lac Nère, du lac de Pourtet et des lacs de l’Embarrat. Mais après réflexion et considérant notre état de fatigue, nous avons décidé d’emprunter le même chemin. Cette boucle nous aurait rajouté environ 4 kilomètres et 400m de dénivelé positif et la même chose de négatif.

Sage décision. Après avoir avalé les 16km du retour au parking du pont d’Espagne, nous étions exténués. C’était le milieu d’après-midi et nous étions loin des 25 degrés de la veille. Nous avons passé la deuxième moitié de la descente dans les nuages et il a fallu enfiler nos vestes à l’arrivée sur le plateau du Marcadau. Énormément de monde arpentait le chemin de la vallée du Marcadau. Si vous souhaitez découvrir ce lieu dans sa tranquillité, vous disposez de deux options :

  • Partir très tôt le matin
  • Partir en fin de journée

En milieu de journée, l’affluence est très forte, surtout en cet été 2020 aux circonstances particulières.

après le refuge wallon dans la vallée du marcadau
Non, ce n’est pas la Nouvelle-Zélande mais bien la vallée du Marcadau dans les Hautes-Pyrénées !

Randonnée dans la vallée du Marcadau : notre bilan

Comme à la fin de chaque article, notre petit bilan personnel de cette randonnée pour vous aider à l’appréhender au mieux. Nous avons vraiment beaucoup apprécié le cadre de la vallée du Marcadau. Dès l’arrivée au pont d’Espagne, en espérant qu’il n’y ait pas foule, vous êtes plongés dans l’ambiance.

Le plateau ressemble vraiment à ce que l’on peut voir sur les photos de voyage en provenance du nord du continent américain. Le refuge Wallon, qui s’apprête à devenir le plus grand des refuges des Pyrénées est également une découverte intéressante. Il nous tarde sa réouverture pour le voir une fois les travaux terminés. L’architecte de la bande est également emballée par les plans et perspectives du chantier !

vallée du marcadau randonnée dans les pyrénées
Cabane de berger dans la vallée du Marcadau

Enfin, les lacs de Cambalès sont une très bonne alternative pour s’éloigner de la foule et profiter du calme des Pyrénées. Les possibilités pour installer son bivouac à proximité d’un point d’eau sont très nombreuses et le cadre est somptueux. Petit rappel, il s’agit d’un milieu de haute montagne, donc il convient de prendre toutes les précautions qui en découlent.

Il nous tarde donc notre prochaine randonnée dans la vallée du Marcadau. Vous connaissiez cette très belle vallée et le refuge du Wallon ? Si ce récit vous a donné envie de découvrir ces lieux, n’hésitez pas à nous en faire part en commentaire.

Vous avez aimé cet article et souhaitez davantage découvrir d’autres massifs ? Explorez à travers les récits de toutes nos sorties randonnées dans les Pyrénées !

paysage des Pyrénées la vallée du Marcadau
Une dernière pour la route

N’oubliez pas de nous rejoindre sur nos réseaux sociaux pour partager vos aventures avec nous !

2 commentaires

Bonjour,je decouvre votre site ce jour superbes reportages belles photos avec toutes les explications,cartes et déscriptifs.Moi qui suis né au pied des alpes ,ça donne envie de visiter et de pecher dans les pyrénnés,bonne continuation et encore merci.

Bonjour Antoine,

Merci pour ce très gentil commentaire ! Il y a effectivement de quoi faire, tant pour la pêche que pour la randonnée dans les Pyrénées. Cumuler les deux n’est absolument pas exclu. N’hésitez pas à nous dire si vous venez par ici, on ne manquera pas de vous aiguiller 😉

Très bonne soirée à vous !

Ben & Ania

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *