Le Cagire (1912 m) est un sommet emblématique du Comminges qui lui vaut le surnom de montagne des Commingeois. Installés pour de bon dans ce coin des Pyrénées, il était logique qu’on ne tarde pas à grimper sur le point culminant à proximité de notre maison qui fait la fierté de toute la région. Le pic de Cagire n’est pas très haut, mais sa position avancée sur la chaîne lui confère un panorama exceptionnel. Depuis le sommet, vous pourrez admirer, entre autres le pic d’Aneto, plus haut sommet des Pyrénées, mais également la Maladeta, le pic du Midi de Bigorre, le Mont Valier ou le Maubermé. Lors de notre randonnée au pic de Cagire depuis le col de Menté, nous avons décidé de bivouaquer au sommet et de faire une boucle en passant par la crête des Parets et le pic de l’Escalette (1856 m). Retrouvez tous les détails sur notre itinéraire dans ce topo complet dédié au Cagire.

Randonnée Pic de Cagire : bon à savoir

La randonnée du pic de Cagire ne présente aucune difficulté en absence de neige et par temps dégagé. Plusieurs points de départ sont possibles, influençant la distance et le dénivelé de la course. Nous avons décidé de partir du col de Menté (1346 m). Il s’agit de l’itinéraire classique, le plus rapide pour atteindre le sommet. Il est possible de redescendre par le même chemin, ou de faire une boucle par le pic de l’Escalette pour varier et rallonger un peu le parcours.

Vue sur le Cagire depuis le Pic de l'Escalette
La vue sur le sommet de Pique Poque et le Cagire depuis le pic de l’Escalette.

Nous avons choisi de passer une nuit de bivouac au sommet du pic de Cagire. L’occasion de profiter pleinement du cadre merveilleux qu’offre la montagne des Commingeois. Nous avons réalisé cette randonnée pendant l’automne 2023 et planifions de revenir faire cet itinéraire en ski de randonnée, et pourquoi pas de renouveler l’expérience du bivouac au sommet dans la neige.

En été, le pic du Cagire se situe sur une zone d’estive. Les troupeaux sont en pâture et ils sont gardés par des patous. Veuillez absolument respecter les consignes des panneaux et adopter le comportement approprié. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre article sur les animaux en montagne.

Les itinéraires pour le pic Cagire

Plusieurs options sont envisageables pour faire la randonnée du pic de Cagire :

  • Départ du col de Menté A/R (11 km – 600 m d+)
  • Départ du col de Menté boucle par l’Escalette (12 km 950 m d+)
  • Départ de Juzet-d’Izaut parking de la Couage (9 km 950 m de d+)

En partant du col de Menté, la randonnée du Cagire est plus simple. Depuis Juzet-d’Izaut la montée est plus raide. Le départ est situé à 1000 m d’altitude au niveau du parking de la Couage. Il faut suivre la piste forestière jusqu’à la cabane de Juzet, puis le sentier qui vous mène au col entre le sommet de Pique Poque et du Cagire.

Randonnée Cagire par les crêtes depuis le Col de Menté

Le Cagire en boucle depuis le col de Menté

Cet itinéraire du Cagire en boucle depuis le col de Menté est vraiment un magnifique parcours. Il se réalise sans problème à la journée. Il peut être difficile de trouver de l’eau le long de la randonnée en période estivale. Nous avons pu remplir nos gourdes à la cabane de Larreix qui dispose d’une source. En période d’estive, la cabane est utilisée par les bergers et n’est donc pas accessible aux randonneurs pour dormir.

Voici les statistiques de cette randonnée au Cagire ainsi que le fichier GPX de l’itinéraire original :

Distance 12 kmAltitude min1346 m
Dénivelé +950 mAltitude max1912 m
Dénivelé –950 mTemps total 4h

Attention : les fichiers GPX à disposition sur notre site sont soit des relevés de notre montre GPS, soit des tracé réalisé à la main sur l’ordinateur avec un logiciel spécifique. Ils sont disponibles gratuitement à titre indicatif. Leur précision n’est pas infaillible et ils ne doivent donc pas être votre seul repère sur le terrain. Nous nous déchargeons de toute responsabilité vis-à-vis des utilisateurs de ces tracés.

Notre randonnée au Cagire

C’est par une belle journée automnale d’octobre que nous avons décidé de partir à l’assaut du Cagire. Récemment installés pour de bon entre Comminges et Couserans, c’est avec beaucoup de plaisir et d’émotion que nous avons pris la direction de ce sommet qui compte beaucoup pour les locaux. Les conditions sont plutôt estivales puisqu’il fait plus de 25°C au parking du col de Menté à notre arrivée sur place.

Départ du Col de Menté

Le col de Menté relie la vallée du Ger (Aspet et Sengouagnet) à celle de la Garonne (Saint-Béat). Très pratique pour passer du Comminges au Luchonnais, ce petit col peu connu offre un beau panorama. Il nous intéresse particulièrement parce qu’il s’agit du point de départ pour notre randonnée au pic de Cagire. Nous arrivons au col de Menté en début d’après-midi. Le soleil est encore haut et il chauffe sacrément. Ce mois d’octobre 2023 bat tous les records de chaleur, les conditions de randonnées sont similaires à un mois d’août. Nous avons emporté uniquement nos petits matelas en mousse et nos duvets confort 0°C d’été.

Col de Menté : départ de la randonnée pour le pic Cagire

Le sentier pour le Cagire commence par une petite descente dans la forêt. Il suffit de suivre la piste forestière qui part vers le nord-est en direction de la cabane de Lareix et du col du Pas de l’Âne. Le pic Cagire est également indiqué. Après environ 1,5 km de descente, on bifurque à gauche sur un petit sentier dans la forêt. Après une centaine de mètres sur ce chemin, nous sommes de retour sur la piste forestière bien large. La montée commence ici, à l’altitude de 1280 m.

Cabane de Lareix

La piste monte de manière assez régulière. Après 3 km et une petite heure de marche depuis le parking, nous atteignons la cabane de Lareix. Il y a deux bâtiments, des bancs, tables et une source pour refaire le plein d’eau et se rafraîchir. Nous entrons dans la zone d’estive et échangeons quelques mots avec les bergers qui à la vue de nos gros sacs, nous demandent où nous comptons passer la nuit. On leur fait part de nos intentions de bivouac au sommet du Cagire. Ils nous saluent d’un revers de main et retournent auprès de leurs bêtes.

Cabane de Larreix en direction du Cagire

Nous n’avons pas croisé les patous, mais des panneaux mettent en garde les randonneurs et expliquent le comportement à adopter en leur présence. Les gestes de bases consistent à contourner le troupeau, s’identifier auprès des patous en leur parlant calmement et surtout ne pas se mettre à courir. Si vous randonnez avec un chien, tenez-le en laisse dans les zones d’estives.

Col du Pas de l’Âne

Après la cabane, il faut continuer vers le nord par un sentier qui grimpe. On entre dans une hêtraie où l’ombre est particulièrement appréciable avec cette chaleur accablante. Le sentier s’élève et la pente devient raide. À la sortie du bois, on devine le col du Pas de l’Âne.

Topo randonnée Pyrénées

Si nous avions suivi l’itinéraire planifié avec la trace GPX, nous aurions dû bifurquer vers la droite avant la sortie de la forêt pour monter directement à la crête du Cagire. Le sentier prévu aurait dû nous permettre de déboucher entre le sommet de Pique Poque et le Cagire. La faute à une mauvaise étude du topo et un peu d’inattention sur le moment, nous arrivons en réalité au col du Pas de l’Âne (1708 m). Ce n’est pas grave, mais nous y repasserons le lendemain pour prendre la direction du pic de l’Escalette. Nous aurions dû contourner ce col à l’aller pour éviter de passer deux fois au même endroit.

Pique Poque et crête du Cagire

Depuis le col du Pas de l’Âne le panorama est bien ouvert. On distingue parfaitement les géants du Couserans que sont le Mont Valier et le Maubermé ainsi que le pic du Midi de Bigorre. Les pic du Gar et pic Saillant sont tout proches et reconnaissables à leur forme singulière et à la croix qui trône au sommet du pic Saillant. La crête qui mène au Cagire passe d’abord par le sommet de Pique Poque (1898 m).

Depuis Pique Poque, le panorama s’élargit. On voit plus loin et davantage de sommets se dévoilent. Malgré l’altitude modeste, le paysage et le point de vue sont sublimes !

Depuis le sommet de Pique Poque, une petite descente mène au col sans nom où nous aurions dû arriver (altitude 1847 m). Des chevaux en estive broutent tranquillement avec le Mont Valier en arrière plan. Depuis ce petit col, une ultime montée mène au pic de Cagire.

Pic de Cagire

Nous arrivons au sommet du Cagire après environ 2h30 de marche. En étant en semaine et hors saison, nous sommes presque seuls pour profiter de la vue. On s’empresse de réserver le seul emplacement de bivouac disponible là-haut en posant nos sacs à dos. Il se situe un légèrement en dessous du sommet, sur un petit plateau. Il n’y a de la place que pour une seule tente. D’autres emplacements sont envisageables sur l’itinéraire, mais plutôt du côté du pic de l’Escalette. La crête du Cagire est assez effilée et les deux versants sont raides.

Sommet du Cagire dans les Pyrénées en Haute Garonne

On profite du calme pour se faire un petit goûter avec un morceau de fromage de la vallée. On ne le répètera jamais assez, mais on vous encourage vivement à soutenir les producteurs locaux pendant vos randonnées. N’hésitez pas à vous arrêter dans les points de vente en direct des producteurs pour vous régaler de ces merveilleux produits.

Vers 18h, nous sommes seuls et nous installons le bivouac. Le soleil descend et les lumières dorées de la fin de journée commencent à embellir les Pyrénées. Des vautours prennent la pause en face du pic du Midi de Bigorre.

Bivouac au pic de Cagire

La soirée est magnifique. Le coucher du soleil est extraordinaire. Le ciel se colore et on en prend plein les yeux. C’est exactement pour ce genre de moment qu’on aime tant passer des nuits en montagne. Prendre le temps d’admirer les chocards à bec jaune, les vautours fauves et le ciel qui change de couleur. Jusqu’à ce que le soleil disparaisse et que la pénombre englobe notre tente, les lumières étaient extraordinaires.

Après un repas constitué de plats lyophilisés, on patiente encore un peu pour admirer le ciel étoilé. La Voie Lactée se dessine en direction du nord. Il est difficile d’avoir un cadrage qui inclut la tente (sujet), la voûte céleste et pas trop de pollution lumineuse. Les villes environnantes et leurs éclairages rendent l’exercice difficile, mais je parviens tout de même à faire quelques clichés satisfaisants.

La photographie astro n’est pas non plus rendue facile par les nombreux avions et satellites qui jonchent le ciel. Nous assistons même au lancement des satellites SpaceX d’Elon Musk. Ce n’est pas vraiment un privilège, mais ça méritait quand même une photo.

Lever du soleil au pic de Cagire

Après une nuit confortable sous des températures estivales, nous sortons de la tente avant le lever du jour. On espère que le spectacle sera aussi saisissant que la veille. Les premières couleurs de l’aurore sont prometteuses. Nous serons finalement très bien servis. On savoure le petit déjeuner avec les premiers rayons du soleil qui passe au-dessus des sommets ariégeois. Après avoir bien profité de cet instant que nous chérissons toujours autant, il est l’heure de ranger le matériel de bivouac et de se remettre en marche.

Boucle Cagire et pic de l’Escalette

Pour le retour vers le col de Menté, nous préférons opter pour la boucle incluant un passage sur les crêtes jusqu’au pic de l’Escalette. Cela implique de repasser par le sommet de Pique Poque et le col du Pas de l’Âne où nous étions la veille.

Rien de très compliqué jusque là. Depuis le col, il faut suivre le sentier qui passe rapidement sur le versant ouest de la crête. Attention sur cette portion entre le col du Pas de l’Âne et le sommet des Parets (1869 m) un petit passage en dévers mérite de ne pas dévisser. C’est surtout par temps humide ou en présence de neige que cela peut devenir dangereux.

Un col sans nom à 1805 m d’altitude offre une vue imprenable sur le pic d’Aneto et sur les sommets du Luchonnais. C’est absolument magnifique. Les vautours s’envolent avec la formation des thermiques par cette belle matinée ensoleillée. Les températures prévues s’annoncent aussi chaudes que la veille et le soleil cogne déjà fort.

Pic de l’Escalette et retour au col de Menté

Une ultime ascension nous permet de rapidement gagner le pic de l’Escalette (1856 m). La vue est toujours aussi belle, avec un panorama sensiblement similaire à celui du Cagire. Depuis le pic de l’Escalette, le sentier disparaît peu à peu et il faut naviguer un peu à l’instinct. Au début de la descente, nous suivons la ligne de crête jusqu’à atteindre une brèche à 1747 m. Elle est clairement visible. La pente en direction de la cabane de Larreix et du Cagire est très très raide. La plus grande prudence est de mise, surtout si vous faites cette randonnée du Cagire avec des enfants. Cette brèche marque la bifurcation, il faut alors tourner à droite (plein sud) en direction de la cabane de l’Escalette. C’est toujours une zone d’estive donc prudence avec les troupeaux surtout si vous êtes accompagné d’un chien.

En descendant, nous avons le plaisir de rencontrer 3 isards. Avec le soleil qui monte, ils cherchent à regagner les zones forestières pour se mettre à l’abri pendant la journée. Nous les observons plusieurs minutes avant qu’ils poursuivent leur chemin.

Vers 1550 m d’altitude, on retrouve la piste qui nous ramènera directement au col de Menté. Lors de notre arrivée au col, nous sommes contents de trouver de l’eau à la fontaine qui fait office d’abreuvoir, nous étions à sec depuis le matin.

Randonnée du Cagire en boucle : le bilan

Si on fait abstraction de la chaleur étouffante totalement anormale un mois d’octobre, on peut dire que cette randonnée au Cagire était une franche réussite. En absence de neige pendant la belle saison, cette boucle ne présente pas de difficultés. Attention cependant lorsque l’itinéraire est enneigé. Les pentes peuvent présenter un risque d’avalanche, et la glace nécessite crampons et piolets pour progresser en toute sécurité. Cet itinéraire peut-être envisagé en raquettes, à condition de s’informer des risques d’avalanches et de partir correctement équipé. Pour plus d’infos, n’hésitez pas à consulter notre guide du matériel pour les randonnées en raquettes.

Pour toutes vos questions, n’hésitez pas à nous faire part de vos remarques en commentaire de cet article, ou bien à nous écrire sur notre compte Instagram.

Bivouac au cagire : important

Nous sommes très contents d’avoir pris le temps de bivouaquer au sommet pour profiter de ce cadre extraordinaire. Comme il n’y a pas beaucoup de place, que le premier point d’eau est assez éloigné, ce n’est pas un lieu de bivouac populaire. L’idée de cet article n’est absolument pas qu’il le devienne, mais plutôt de montrer qu’il n’est pas nécessaire de s’entasser au bord des lacs les plus connus pour assister à des scènes merveilleuses en montagne. Les Pyrénées sont vastes, il y a de la place pour tout le monde. Cependant, lorsque trop de randonneurs s’amassent au même endroit, cela crée naturellement une surfréquentation et avec elle, tous les problèmes que l’on connait (nombreux déchets, irrespect de la règlementation, problèmes avec les troupeaux, incivilités et comportements inappropriés).

Randonnée du pic de Cagire itinéraire et topo guide complet

Si vous souhaitez entreprendre un bivouac là-haut, et c’est valable aussi pour les randonneurs à la journée, on vous demande donc de bien vouloir ramener avec vous tous vos déchets et de ne pas perturber les troupeaux et les autres randonneurs. La montagne appartient à tout le monde, mais en contrepartie, il est indispensable de la respecter et d’en faire autant envers les autres usagers. Pendant cette randonnée au pic Cagire, nous avons été agréablement surpris de ne ramasser aucun déchet laissé par d’autres randonneurs. C’est très encourageant et serait formidable que cela reste ainsi.

Ne manquez pas toutes nos randonnées dans les Pyrénées.

Cet article vous a été utile ? Partagez-le pour en faire profiter vos amis !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x