Randonnées dans les Gorges de la Jonte

Randonnées dans les Gorges de la Jonte

La Lozère est un département que l’on aime vraiment beaucoup. Nous y avons passé pas mal de temps à bord de notre camping car au printemps 2021 et c’était un pur bonheur. Peu d’affluence, des zones sauvages, des panoramas extraordinaires et en prime une gastronomie délicieuse. Que demande le peuple ? Dans nos coins favoris il y a entre autres les Gorges de la Jonte. Nous avons séjourné autour du village Le Rozier à la confluence de la Jonte et du Tarn. Ces deux rivières forment des gorges splendides qu’il est possible d’observer si l’on s’élève un peu depuis la petite ville. Préparez vos sacs à dos et armez vous de bonne chaussure pour explorer les gorges de la Jonte. On vous emmène voir ce qu’elles réservent ?

Le Rozier : point de départ vers les Gorges de la Jonte

Le petit village du Rozier, situé en Lozère, a été notre point de chute pour vadrouiller dans ce secteur. Il tient son nom des roses que cultivaient les religieux au Moyen-Âge. Pour le bonheur des yeux et des narines, les roses abondent toujours la cité ! Le bourg s’est développé entre les rivières du Tarn et de la Jonte. Cette dernière fait d’ailleurs office de frontière avec le département de l’Aveyron. Nous avons pu garer notre camping-car près de l’église Saint-Sauveur, inscrite aux monuments historiques. Il est possible d’y passer la nuit et c’est un excellent point de départ pour une randonnée dans les gorges de la Jonte. Pas mal de petits commerces permettent de se ravitailler, manger un morceau ou apprécier une boisson fraiche au retour d’une bonne balade dans les Gorges. Il faut savoir qu’il n’y a pas de boulangerie au Rozier, mais plusieurs commerces font office de dépôt de pain. Si vous cherchez à vous lancer dans ce secteur d’activité, il y a donc de quoi faire. Et puis, on vous rassure tout de suite, le cadre est vraiment superbe !

Les Gorges de la Jonte

Le rocher de Capluc, vues et sensations garanties

Juste au dessus du village trône une croix perchée sur un rocher qui se détache du reste des falaises des Gorges. Pour y accéder, il faudra gravir près de 200m d’altitude, par une petite route mais aussi des échelles ! L’effort et le dépassement d’un éventuel vertige est récompensé par la vue à 360° qu’offre le promontoire. De là haut, on a en effet un super point de vue sur les Gorges du Tarn, de la Jonte et leurs falaises habitées de vautours. Le rocher de Capluc marque en quelques sortes la fin des Gorges et la rencontre des deux rivières. Cette première prise de hauteur est une mise en bouche avant d’entamer la découverte des Gorges par le sentier des corniches du Causse Méjean.

Randonnées gorges de la Jonte itinéraires

Nous avons donc réalisé 2 journées de randonnées entre les gorges de la Jonte et celles du Tarn. L’une d’entre elle s’est faire au départ du Rozier, et la seconde du lieu dit de Cassagnes, plus au nord. La première randonnée est celle du sentier des corniches, une boucle d’environ 10km avec 900m de dénivelé positif. La seconde, une boucle de 8km qui permet d’accéder au rocher du Cinglegros et offre la possibilité de faire un peu de via ferrata.

Voici la carte avec les deux itinéraires. En bleu, le sentier des corniches et en rouge celui pour le Cinglegros et ses échelles vertigineuses.

Voir en plein écran

Randonnée en boucle dans les Gorges de la Jonte et du Tarn

Pour découvrir les Gorges autour du Rozier il y a pas mal d’autres itinéraires possibles. Nous avons choisi d’emprunter le sentier des corniches pour plusieurs raisons :

  • la prise de hauteur offre des points de vues spectaculaires
  • la possibilité de voir les vautours voler et nicher
  • découverte des deux rivières

Nous avons donc réalisé une boucle d’environ 10 km en partant d’une altitude de 403m pour atteindre 872m au plus haut. Il y a plusieurs alternances de montées et descentes ce qui donne un dénivelé positif total avoisinant les 900m. En ce qui concerne le temps, il faut compter 3 heures pour cette boucle. Si comme nous vous êtes férus de nature et d’observation d’oiseaux, vous pouvez doubler l’horaire. Ici, il n’était pour nous pas question de battre un record de vitesse, mais bien de profiter un maximum de cet endroit extraordinaire !

Sentier des corniches : Gorges de la Jonte

Nous avons commencé la boucle du sentier des corniches par les Gorges de la Jonte. Depuis le Rozier, le départ est assez raide mais sans aucune difficulté. Nous sommes partis aux aurores pour monter à la fraîche, ne pas avoir trop de monde et maximiser nos chances de voir les vautours. Ainsi la première montée nous a bien réchauffé. Lors de chemin retour en début d’après-midi, nous avons vu des personnes souffrir de la chaleur. Nous étions alors à la mi-mai et il ne faisait pas encore des températures caniculaires. Évitez donc de partir trop tard du printemps à l’automne.

Une fois le Rocher de Capluc passé, le sentier s’élève vers les falaises. Vous pouvez d’ailleurs l’ajouter à la boucle. Nous l’avons fait sur le retour.

Sous une végétation clairsemée mêlant pins et arbustes, de petits promontoires naturels se présentent tout le long du chemin. Ils offrent des points de vue exceptionnels sur les Gorges de la Jonte. Les parois verticales sont impressionnantes et quelques grimpeurs se régalent d’ailleurs à les escalader. Parmi les falaises se détachent parfois des blocs aux formes insolites, appelés les « vases ». On distingue entre autres le vase de Chine et le vase de Sèvres que vous pouvez voir en photo ci-dessous.

Nids de vautours

Le long de cette section, munissez-vous de jumelles pour trouver des nids de vautours fauves dans les falaises. Ils s’abritent dans des cavités que l’on distingue souvent par des traces blanches dues aux fientes des oiseaux.

Lorsque nous avons réalisé ce parcours, en mai 2021, nous avons également eu la chance de voir de très près un nid de vautour moine. Ce dernier est le seul vautour qui niche sur les arbres et non dans la roche. A quelques dizaines de mètres du sentier nichait ainsi un majestueux vautour moine couvant son petit. Des panneaux indicatifs indiquent sa présence et il est important de respecter les consignes pour préserver cette faune exceptionnelle.

Ainsi, sur une centaine de mètres, il est demandé de ne pas s’arrêter, ne pas faire de bruit ni pointer d’objets type appareils photo en direction du nid. Une zone est dédiée à son observation et il est primordial de la respecter. Si l’animal venait à être trop perturbé par le passage des randonneurs il pourrait en effet abandonner son nid avec sa progéniture. Il s’agit d’un oiseau rare et protégé qui a été réintroduit, d’où l’importance d’un comportement adéquat. À titre d’information, la photo a été prise à longue distance avec un téléobjectif, caché dans la végétation.

Trio avec à gauche vautour moine sur son nid, en haut à droite un vautour fauve adulte et en bas à droite un jeune gypaète barbu.

Sentier des corniches : Gorges du Tarn

Après environ 5 km de marche, on quitte les Gorges de la Jonte et l’on s’enfonce dans la forêt. En suivant le GR6, on passe ainsi côté Gorges du Tarn. Les falaises sont toutes aussi impressionnantes, et la rivière en contrebas est d’un bleu turquoise extraordinaire. Elle est beaucoup plus visible que la Jonte qui est davantage cachée par la végétation rivulaire.

De ce côté également, les vautours planent au dessus de nos têtes. Vers la fin de la boucle, en revenant vers le Rozier, on distingue plusieurs vautours. Certains sont perchés sur les rochers et d’autres utilisent les courants ascendants pour gagner de l’altitude. On les immortalise grâce au téléobjectif et on prend beaucoup de plaisir à les contempler.

Le Cinglegros

Pour ceux qui aiment l’adrénaline et qui voudraient ajouter un peu de sensations fortes à cette superbe randonnée entres gorges de la Jonte et du Tarn, on vous conseille le rocher de Cinglegros. Pour y accéder, il faut emprunter un petit sentier qui continue tout droit au lieu de tourner à gauche après avoir traversé la forêt au moment où l’on arrive sur les gorges du Tarn (voir sur la carte).

Après 2km, un panneau indique le chemin vers le Cinglegros ainsi que les risques encourus. De là, on peut voir en effet les échelles à flanc de falaise qui sont assez impressionnantes. Ben décide de tenter l’aventure alors que je la remets à une autre fois. Depuis le point de vue sur le Cinglegros, je peux donc observer une partie de son ascension.

Pour accéder au rocher qui se détache du reste des falaises, le temps annoncé est de 1h30 aller-retour. Il faut d’abord descendre dans un canyon par des échelles, qui ont été selon Ben les plus vertigineuses. Deux randonneurs ont d’ailleurs rebroussé chemin à leur niveau alors que je profitais de la vue en hauteur. Une fois arrivé au pied du Cinglegros, une succession d’échelles permet de le gravir jusqu’en haut. Il n’y a pas de difficultés majeures si ce n’est la verticalité des échelles, auxquelles on ne peut pas se sécuriser à l’aide de corde. Il faut donc avoir le pied ferme et ne pas trop souffrir du vertige. En une demi heure environ, Ben est arrivé au sommet. Les photos témoignent de la vue exceptionnelle offerte par les efforts fournis. Il reviendra donc ravi de cette excursion, un poil essoufflé tout de même.

Nous sommes allés au Cinglegros le lendemain de la grande boucle, depuis le lieu dit Cassagnes. Sans la partie des échelles, il faut compter environ 8km pour l’aller-retour, qu’il est possible également de faire en boucle en passant par la grotte du Poteau.

Autour du Rozier et des gorges de la Jonte

Le sentier des corniches est vraiment une chouette balade que l’on conseille fortement. Autrement, vous avez pas mal d’autres choses à faire et à voir autour du Rozier. Si la météo est clémente, une descente en kayak ou rafting peut être une chouette manière de découvrir les gorges. A savoir que le Tarn peut rapidement devenir une autoroute à canoés en période estivale, on vous aura prévenus !

Des balades le long de l’eau vous permettront peut être d’observer une faune bien discrète, les loutres et castors. Pour cela il faudra privilégier le lever ou le coucher de soleil. Plus en hauteur cette fois-ci, vous pouvez partir à la découverte de plusieurs villages troglodytes comme Saint-Marcellin ou Eglazines. On a pu en distinguer quelques-uns de loin depuis le sentier des corniches grâce aux jumelles.

Maison des Vautours

Si vous appréciez autant que nous les vautours de ces belles falaises, on vous conseille chaudement la maison des Vautours. Située à juste 4 kilomètres du Rozier au bord de la Jonte, il s’agit pour nous d’une superbe visite.

Vous pourrez d’abord découvrir la partie musée du site, très explicative et ludique sur les différents types de vautours, leur histoire et réintroduction dans le secteur. Malgré nos bonnes connaissances de bases sur ces oiseaux, nous avons appris encore davantage de choses sur leur mode de vie et leur grande implication dans la chaîne alimentaire.

Ensuite vous pourrez profiter d’une terrasse d’observation. Des longues vues pointent vers différents nids de vautours perchés dans les falaises et forêts environnantes. Vous pouvez également visionner de vidéos inédites enregistrées par les caméras d’observation de la Ligue de Protection des Oiseaux Grand Causse. C’est cette dernière qui a été chargée de la réintroduction des vautours à partir des années 1980.

Le personnel passionné saura vous faire aimer les vautours si ce n’est pas encore le cas ! Toutes les explications sont riches et on perçoit très bien leur amour pour cette faune sauvage. Nous ne regrettons absolument pas notre arrêt à la maison des vautours et vous recommandons cette étape lors de votre passage dans les gorges de la Jonte.

Randonnée Gorges de la Jonte, et après ?

Vous l’aurez compris, nous avons vraiment passé un séjour formidable dans les Gorges de la Jonte. Les paysages grandioses et préservés nous ont conquis. La présence de cette faune et l’aspect préservé de la nature nous ont vraiment permis de nous sentir bien.

Plus généralement, nous avons eu un vrai coup de cœur pour la Lozère ! Vous pouvez d’ailleurs retrouver tous les détails de notre road trip dans notre article dédié :

Si vous cherchez d’autres randonnées en Lozère vous pouvez jeter un œil à notre rétrospective du Mont Lozère, plus haut sommet du département. Si vous aimez les randonnées au coeur de gorges, nous vous recommandons également les gorges de la Carança dans les Pyrénées-Orientales. Entre ponts suspendus et cavités creusées à flanc de falaise, elles devraient vous plaire.

De notre côté, on reprend la route à bord de notre Hymer Jolly Jumper vers d’autres horizons. À très bientôt pour de nouvelles aventures.

Pour ne rien louper, n’hésitez pas à nous suivre sur Instagram où nous publions photos et stories de nos découvertes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *