Voyager au Cambodge hors des sentiers battus

Voyager au Cambodge hors des sentiers battus

Durant notre séjour d’un mois au Cambodge, nous avons essayé de sortir au maximum des sentiers battus. Cela signifie que nous ne nous sommes pas éternisés sur les gros points d’intérêt touristiques. Nous avons donc privilégié les petits villages loin des foules et ne l’avons pas regretté un seul instant. Contact avec les locaux, découverte de la nourriture typique (parfois un peu trop…) et paysages authentiques sans mise en scène, sortir des sentiers battus au Cambodge vous promet de l’aventure et de l’émerveillement. Nous nous sommes laissés porter et avons vogué au grès des rencontres sans faire appel aux services d’un guide ou d’une agence de voyage. On vous embarque avec nous pour cette découverte du Cambodge profond ?

(suite…)
Retour de voyage à cause du Coronavirus

Retour de voyage à cause du Coronavirus

Nous y sommes. Trois ans de voyage au long cours interrompus en quelques minutes. Le rêve d’une traversée de l’Asie d’est en ouest par les terres tombe à l’eau. La décision n’a vraiment pas été facile à prendre. Il a fallu être réactif et faire un choix crucial. Dans ce nouvel article, je vous raconte pourquoi et comment nous avons entrepris ce retour de voyage anticipé à cause du Coronavirus le 19 mars 2020. (suite…)

Frontière Vietnam Cambodge à Ha Tien

Frontière Vietnam Cambodge à Ha Tien

Un voyage sans avion implique des passages de frontières terrestres. Ils impliquent davantage de logistique que lorsque vous débarquez à l’aéroport et de se renseigner suffisamment pour les visas disponibles à chacun des postes. La frontière Vietnam Cambodge que nous avons décidé de franchir est celle d’Ha Tien, au sud du pays. En venant du Vietnam, vous aurez la possibilité d’y obtenir un visa classique pour le Cambodge d’une durée d’un mois.
Comment traverser cette frontière ? Qu’en est-il de la corruption ? Quels sont les pièges à éviter ? Voici notre retour d’expérience sur le passage de la frontière Vietnam Cambodge à Ha Tien. (suite…)

Voyage sans avion

Voyage sans avion

Après avoir fêté mes 1000 jours en voyage fin décembre et tout récemment nos 2 ans de route ensemble, nous en profitons pour dresser ici le tableau de ce qui nous attend pour la suite. Ces 3 années passées en Océanie nous ont donné beaucoup à réfléchir. Quelle chance de pouvoir sillonner la planète grâce à notre passeport. Nous avons vraiment pu profiter de tous les aspects bénéfiques qu’apporte le voyage. Concrètement, cette épopée nous a permis d’acquérir une ouverture sur le monde qui nous entoure sans précédent, un enrichissement personnel immense et même un changement de mode de vie.

Mais cela ne suffit pas, il nous faut désormais un but. De cette remise en question est né notre nouveau projet : explorer l’Asie du Sud Est, nous diriger doucement vers la France et traverser la planète sans avion.

(suite…)
Le bilan carbone du voyageur et son impact sur l’environnement

Le bilan carbone du voyageur et son impact sur l’environnement

Seulement 3 % de la population mondiale effectue un séjour à l’international au moins une fois par an. Il s’agit clairement d’un privilège, auquel nous nous m’estimons extrêmement chanceux de pouvoir prétendre. Il est en effet très facile pour nous autres occidentaux d’aller découvrir un autre pays. Mais avec une biodiversité en chute libre, des records de températures battus chaque année et les glaciers qui reculent sans cesse, on se pose souvent la question. Le voyage est-il un danger ? Notre mode de vie est-il égoïste ?
Compte tenu de la situation du monde actuel, nous ne devons pas être le seul à y penser. À l’heure où beaucoup font la course au plus grand nombre de pays visités en un temps record pour quelques like de plus, le monde s’effondre. Entre le réchauffement climatique, la pollution de tous les écosystèmes et l’ambiance géopolitique, il y a de quoi se faire du souci pour nous autres les routards. Surtout quand on sait que les rejets de gaz à effet de serre provenant du tourisme sont en perpétuelle augmentation. Estimé autour des 8 %, l’impact du voyage est donc non négligeable. De ce fait, le paramètre conscience personnelle entre en jeu. Nous avons écrit cet article en 2019, alors que nous étions encore en PVT en Nouvelle-Zélande. Il s’agit d’un visa d’un an (renouvelable selon les pays et sous certaines conditions). Aujourd’hui, nous avons décidé de ne plus prendre l’avion et de ne voyager uniquement par les terres, lentement.

(suite…)