Voyage et freelancing face au Coronavirus : bilan 2020

Voyage et freelancing face au Coronavirus : bilan 2020

En ce début janvier 2021, il est temps de dresser le bilan de l’année passée. C’est un peu une tradition quand on tient un blog. Cette rétrospective annuelle permet de faire le point et de se fixer des objectifs pour la suite. De notre côté, le bilan est un exercice que l’on affectionne et qui nous permet de tirer du positif de tous les évènements traversés. C’est un article qui nous permet de tout mettre à plat et de nous livrer sur notre ressenti.

On vous propose donc de découvrir l’état des lieux de notre année 2020, année particulière pour tout le monde. De la Nouvelle-Zélande à notre retour en France précipité en passant par l’Asie du Sud-Est, voici le récapitulatif de notre année en tant que nomades digitaux.

Plage de sandfly bay, voyage en Nouvelle-Zélande
La superbe plage de Sandfly Bay sur l’île du Sud de Nouvelle-Zélande

2020 et des projets plein la tête

Tout avait pourtant si bien commencé. Je me souviens du passage à 2020 comme si c’était hier. Nous étions bien installés dans un camping au bord du Lake Manapouri, au sud de l’île du Sud de Nouvelle-Zélande. Accompagnés de nos parents, nos 3 camper-vans aménagés formaient un U convivial qui nous protégeait du vent et des regards indiscrets. En famille, nous avions célébré la nouvelle année et tous les beaux projets qui l’accompagnaient.

Après 10 mois de PVT en Nouvelle-Zélande, nous avions l’intention de poursuivre le voyage. Si la vie en van aménagé nous a totalement séduits et ensuite manqué par moments, nous avions envie de changement.

Nous espérions donc trouver notre bonheur avec un mode de voyage différent. Un voyage plus lent. Nous avions pour projet de traverser l’Asie sans avion pour rentrer en France.

PVT en Nouvelle-Zélande voyage en van
Les joies de la vie en van en Nouvelle-Zélande

Des rizières du Vietnam aux déserts d’Asie occidentale en passant par les plages paradisiaques d’Indonésie ou la cohue de l’Inde, nous avions en tête de sillonner le continent asiatique sans emprunter le transport aérien.

Un moyen de conserver les pieds sur terre, mais également de marquer notre engagement envers la planète malgré un mode de vie loin d’être irréprochable.

Nouvelle-Zélande du rêve à la réalité

Nous avions peut-être abordé la Nouvelle-Zélande avec un peu trop de naïveté. Ce pays qui est si souvent décrit comme un paradis des amoureux de la nature nous a beaucoup déçu.

En réalité, c’est l’aspect écologique totalement superficiel et le green washing ambiant qui nous ont particulièrement affectés. Les centaines de blogs de voyage qui racontent à quel point les kiwis sont proches de la nature et aiment la planète nous ont fortement induits en erreur. Ces blogueurs n’ont sans doute pas assez gratté sous la surface pour découvrir les réelles problématiques environnementales du Pays du Long Nuage Blanc.

Champs de lupins en Nouvelle-Zélande pendant notre voyage de un an en PVT
Derrière les superbes champs de lupins se cache une bien triste réalité

Il serait beaucoup trop long d’en refaire la liste ici. Nous avons déjà parlé de tout cela dans notre article bilan des 6 mois de voyage en NZ et je vous invite à le lire si vous souhaitez en savoir davantage sur notre point de vue à ce sujet.

C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme et un peu vague à l’âme que nous établissions notre nouveau projet. Pour quitter la NZ en bateau, nous nous sommes réveillés un peu tard. Il fallait donc prendre un dernier avion, du moins c’est ce que nous espérions.

Coronavirus : le tout début de la fin

À ce moment-là, fin janvier 2020, le Coronavirus avait tout juste commencé à faire parler de lui dans la presse internationale. Il n’y avait pas encore lieu de s’inquiéter. L’épidémie se limitait encore à la Chine et même si nous allions visiter des pays limitrophes, il n’y avait à priori pas de raison d’annuler. Comme beaucoup de voyageurs téméraires, nous avons sous estimé l’ampleur de la situation.

Rivière de Nouvelle-Zélande blog de voyage
Magnifique rivière de Nouvelle-Zélande

Nous étions trop jeunes pour nous intéresser à la précédente épidémie de Coronavirus Sras en 2003. Pour nous, la Covid19 c’était probablement une vilaine grippe qui tue les personnes âgées et immunodéprimées.

Juste avant de quitter Auckland nous avons tout de même décidé de nous procurer des masques. La crise sanitaire commençait à créer un vent de panique en Asie. Il nous a fallu faire plus de 5 pharmacies du centre ville pour dénicher les précieuses barrières. Nous souhaitions au moins pouvoir nous protéger (et protéger les autres) pendant les longs trajets qui nous attendaient au départ de ce nouveau périple.

C’était un peu flou, mais la soif d’aventure ne s’estompe pas aussi facilement. Il en fallait bien plus pour nous arrêter. Les probables conséquences de la propagation mondiale d’un virus nous dépassaient totalement.

Blog de voyage et de randonnée Nouvelle Zélande et Pyrénées
On regarde vers le futur

Asie du Sud Est : choc culturel garanti

Nous avons atterri à Ho Chi Minh après un long voyage sans sommeil. L’arrivée tardive à l’aéroport, sans visa, nous a exposés à nos premiers déboires. Avec le recul, ça fait partie intégrante du charme du voyage au long cours et de l’imprévu. Mais après une 15ène d’heures d’avion et plus de 24h sans dormir, on préfèrerait largement rejoindre sa chambre d’hôtel sans encombre.

Les problèmes administratifs réglés, nous allions vivre notre premier trajet en Asie du Sud Est. Du moins pour moi, parce qu’Ania était déjà venue au Vietnam en famille il y a 15 ans et à Bali pendant son PVT en Australie.

Image singe qui boit en asie du sud est
Ce genre de scène nous a bouleversés

J’ai pris une sacrée claque en voyant une famille de 5 sur le même scooter dès le premier soir. La gorge irritée et les yeux qui piquent le deuxième jour m’ont ramené à la terrible réalité. C’est la fabrication des vêtements que je porte et de l’ordinateur qui me permet de gagner ma vie qui nécessite le rejet de ces fumées noires à l’horizon. Elles masquent le ciel et le soleil. Quand vient le crépuscule, elles intensifient la couleur rouge qui se reflète dans les nuages. Cela donne un bien triste spectacle.

Le Mékong, plus grand fleuve d’Asie du Sud Est, est un véritable dépotoir. J’étais prévenu et avais pleinement conscience du fléau des déchets dans le monde. Y être confronté, c’est encore autre chose. Ça pousse vraiment à la réflexion. C’est ainsi que j’ai eu envie d’écrire un article sur les gestes écologiques au quotidien. Il me semble tout de même très compliqué d’envisager un avenir optimiste pour la planète après avoir été confronté à cette dure réalité.

Coucher de soleil sublime asie du sud est blog de voyage
Coucher de soleil brûlant au-dessus de la forêt cambodgienne

Digital nomade en Asie du Sud-Est

Si vous ne le saviez pas encore, ce qui nous permet de passer notre vie sur les routes, c’est notre statut. Nous sommes tous les deux freelances et exerçons nos métiers à distance.

En ayant des activités digitales et des statuts de micro-entrepreneurs, nous ne sommes pas contraints à une localisation géographique. Un ordinateur et une connexion internet nous permettent de répondre aux besoins de nos clients sans avoir à faire de présentiel. Si vous avez goûté au télétravail en mars 2020, vous avez eu un aperçu de notre quotidien.

Travailler à distance présente de nombreux avantages, mais également son lot d’inconvénients. La communication avec les clients est souvent rendue complexe par le décalage horaire qui pousse à revoir ses horaires de travail. Mais cela est largement compensé par le fait de pouvoir travailler en voyageant.

Digital nomade en asie du sud est

Le rythme de vie plutôt tranquille de l’Asie du Sud-Est s’apprête particulièrement à celui des nomades digitaux. Et il faut avouer que ça nous plaisait plutôt bien de découvrir ces pays formidables tout en prenant quelques heures par jour pour compléter nos missions respectives. Le coût de la vie très faible nous permettait de payer nos dépenses à raison de 20h de travail par semaine maximum.

Il nous était cependant difficile de mettre à profit les très longues heures de transport pour nos activités professionnelles. Faire des plans, des rendus 3D ou écrire des textes pour le site internet d’une grande marque n’est pas forcément facile entre deux cages à poules et une montagne de colis. On vous épargne les détails concernant l’état des routes et des véhicules que nous empruntions. Bref, il fallait attendre d’être installé chez l’habitant ou plus rarement à l’hôtel pour nous consacrer à notre travail.

Des plages paradisiaques de Koh Rong Samloem à Siem Reap et ses temples d’Angkor, nous avons eu des bureaux de rêve.

temples d'Angkor blog de voyage
Temple de Bayon et ses 216 visages

Mars 2020 vers la fin du voyage

Il nous est arrivé de douter. De nous dire que peut-être, la pandémie aurait raison de notre voyage pour quelques semaines. Mais ces doutes s’estompaient généralement rapidement.

Le problème quand on est dans un pays communiste comme le Laos, c’est qu’on ne possède absolument aucune info sur la situation réelle. Il n’y avait probablement pas de test, mais d’après les autorités sanitaires du pays, il n’y avait pas un seul cas de Covid-19. Plutôt étrange alors que l’épidémie flambe partout ailleurs.

Du jour au lendemain, tout a basculé. Les habitants locaux commençaient à se cacher le visage en nous voyant. Certains partaient en courant. Nous en avons vu se protéger la bouche quand ils nous croisaient alors que nous étions sur un scooter. Cette situation pesante a empiré. Nous avions des échos d’amis dans d’autres pays d’Asie ou cela devenait très tendu. Notamment Max, du blog Universlemonde qui a également subi cette situation pesante en Inde. Merci à lui de nous avoir aiguillés et aidés à prendre cette décision aussi rapidement.

On a déjà raconté tous les détails de notre retour dans notre article sur le retour du voyage à cause du Coronavirus. On vous invite à le lire si vous voulez vous imprégner de la situation.

Elephant Laos blog de voyage asie du sud est
Nous sommes repartis la larme à l’œil, comme ce pauvre éléphant domestique

Il a fallu réagir très vite. Nous ne voulions absolument pas nous retrouver coincés. Encore moins être les petits français secourus en urgence par l’ambassade de France parce qu’ils ont voulu profiter trop longtemps de leur belle situation en Asie.

Les conditions sanitaires d’un pays comme le Laos ne permettent pas aux gens de compter sur un quelconque système de santé en cas de pandémie.

Leur meilleure chance est de se protéger par eux même. Avec les chiffres qui grimpaient en Europe, je comprends totalement la crainte des laos à la vue d’un couple d’occidentaux. Les discours alarmistes des médias, déjà présents à l’époque, n’ont très certainement pas aidé.

C’était la fin du voyage. 3 ans de route s’achevaient en quelques heures.

Blog de voyage au Laos
Derniers instants au Laos

Confinement Acte 1

Le retour en France nous a donné une sacrée claque. Passer de la vie paisible du Laos à un confinement strict avec attestations de sorties, c’est quelque chose. Après 15 jours de quarantaine, nous avons pu retrouver une partie de la famille et ça nous a fait beaucoup de bien.

Du jour au lendemain, nous étions enfermés. J’imagine que la plupart d’entre vous a également eu du mal avec ce concept. Si mentalement j’ai très vite saturé du rayon d’un kilomètre, j’étais tout de même concentré sur mon travail. Professionnellement, j’ai eu la chance de ne pas subir d’arrêt pendant la crise. Ce confinement était en réalité une source de motivation pour travailler et mettre un maximum d’argent de côté pour « le monde d’après ».

Ania a eu un peu plus de mal. Son activité s’est ralentie, presque totalement arrêtée pendant tout le premier confinement. La situation ne s’est malheureusement pas améliorée dans les mois qui ont suivi. Elle raconte dans être architecte junior et freelance.

Paysage du laos en asie du sud est
Le Laos nous a semblé tellement loin pendant ce confinement

Déconfinement et été 2020 : à nous les Pyrénées

Natif de la région toulousaine et amoureux de la nature, les Pyrénées m’ont beaucoup manqué pendant ces 3 années de route. Les villages pittoresques, ces flancs de montagne préservés et la gastronomie locale détiennent une partie de mon âme. J’avais donc très à cœur de faire découvrir la région à Ania. Dès le déconfinement, nous avons pris la route des sommets.

Nous étions loin d’être les seuls à avoir cette idée lumineuse. Tout l’été durant, la montagne a été plus sollicitée que jamais. Nous avons exploré de nombreuses vallées, franchi beaucoup de sommets mythiques (3000+) et passé des nuits spectaculaires sous les étoiles. Certaines étaient d’ailleurs très mouvementées, comme celle dans la vallée du Marcadau où nous avons essuyé un violent orage.

Passage de la comète Neowise dans les Pyrénées
Passage de la comète Néowise depuis un spot de bivouac à 2700m d’altitude (Massif du Néouvielle)

À l’issue de chaque randonnée, nous avons pris l’habitude d’écrire le récit et de dévoiler l’itinéraire sur les pages de ce blog. La page qui les regroupe commence à être sacrément bien fournie d’ailleurs. Vous pouvez y retrouver tout types d’itinéraires, autant pour les marcheurs confirmés que pour les débutants.

Installation dans les Hautes-Pyrénées

La vie en ville n’a jamais trop été notre tasse de thé. Faire plus de 200 km tous les week-ends pour assouvir notre soif d’aventure non plus. Ce n’est pas vraiment en adéquation avec le mode de vie que nous cherchons à mettre en place. Nous nous sommes alors mis en quête d’un logement plus proche des montagnes. Nous n’avions pas vraiment de critères géographiques précis étant donné que nous sommes tous les deux freelances.

Le plus dur, c’était de trouver des propriétaires qui ne soient pas réfractaires à avoir des locataires auto-entrepreneurs. Et je peux vous assurer que ce n’était pas une mince affaire. Nous pouvions pourtant justifier de revenus supérieurs à 3 fois le loyer.

Après une multitude de tentatives et plusieurs visites infructueuses des Pyrénées Orientales au Béarn, c’est finalement au cœur de la Bigorre, entre Tarbes et Lourdes, que nous avons élu domicile. Nos sacs à dos se posaient une nouvelle fois pour une durée indéterminée.

Paysage des Hautes-Pyrénées au coucher du soleil
Non, nous ne sommes pas repartis en Australie, mais bel et bien dans les Hautes-Pyrénées

Cette localisation nous permet d’accéder à des sentiers de randonnées en moins d’une heure de route. Si cette plaine agricole où la monoculture de maïs est reine n’est pas notre lieu de vie rêvé, nous avons trouvé un bon compromis entre localisation, prix et accès à plusieurs vallées. La connexion internet y est bonne, et c’est un critère déterminant quand on travaille à domicile et que l’on doit multiplier les appels en visio avec les clients.

Confinement Acte 2

L’annonce d’un second confinement fin octobre a eu l’effet d’un coup de massue. Nous étions tous les deux dans une bonne dynamique que ce soit du point de vue professionnel ou personnel. Chaque fois que la météo et nos emplois du temps respectifs le permettaient, nous prenions le temps de sortir en montagne. On se sentait presque bien dans cette nouvelle vie sédentaire.

Nous avons donc profité de la dernière journée d’octobre pour prendre une ultime bouffée d’air et faire une belle ascension dans le secteur d’Hautacam.

Paysage depuis sommet Hautacam dans les Hautes-Pyrénées. Blog de voyage et de randonnée

Ce confinement aura été beaucoup plus difficile à vivre que le premier. Nous autres indépendants en télétravail n’avions pas d’autre sortie quotidienne que « l’heure » dans un rayon du kilomètre ou les courses « essentielles » hebdomadaires. Évidemment, ça, c’est pour ceux qui respectaient.

Être cloitré à domicile 23h/24 a forcément un impact sur la santé mentale, surtout quand c’est la deuxième fois en quelques mois.

Cette privation de libertés individuelles, instaurée dans un climat austère et le maintien perpétuel de la peur nous a beaucoup inquiétés. J’ai (Ben) subi un arrêt quasi total de mon activité pendant tout le mois de novembre. Ania de son côté, a eu pas mal de missions. De quoi compenser un peu le mauvais épisode du printemps.

Paysage des Hautes Pyrénées au coucher du soleil
Sur les collines pas loin de la maison au coucher du soleil

Fin 2020 et fêtes de fin d’année

Décembre a été synonyme d’un nouveau déconfinement. Un évènement salvateur qui s’est bien fait attendre. Très vite, nous avons repris notre rythme d’exploration des Pyrénées. Alors que beaucoup s’entassaient dans les centres commerciaux, nous faisions le plein de globules rouges en altitude. Mais l’arrivée de l’hiver était également synonyme d’une météo bien plus capricieuse dans les Hautes-Pyrénées.

L’activité professionnelle s’est doucement remise en marche avant le traditionnel rush de fin d’année. C’est donc de plutôt bonne augure pour la suite.

Pour les fêtes, n’étant ni l’un ni l’autre de grands amateurs de cette période synonyme de consommation excessive, nous avons opté pour le petit comité. C’est donc en famille et autour de bons repas que nous avons passé les deux réveillons. Nous avons pu faire profiter de notre proximité avec les montagnes à nos parents. Cela nous a permis de partager de très bons moments avec eux. Une petite parenthèse qui nous a fait beaucoup de bien.

Cabane dans les Hautes-Pyrénées

Projets de voyage pour 2021

Nous ne sommes très certainement pas les seuls à avoir la tête remplie de projets de voyages. En ce qui concerne l’année 2021, il semble très difficile de faire des plans sur la comète. De toute manière, on préfère largement l’imprévu et se laisser guider en fonction de l’évolution de la situation.

En revanche, une chose est sûre : nous serons de retour sur la route bientôt ! Si nous adorons les Hautes-Pyrénées, notre envie d’aventure ne se limite pas à deux excursions par semaine. Et en étant sédentaires, il est difficile d’assouvir cette soif de mobilité permanente qui nous démange tant. Nous sommes donc en pleine recherche de notre future maison sur roues.

Nous allons opter pour l’option camping-car afin d’être totalement autonome et indépendants. Des panneaux solaires nous permettront d’avoir accès à l’électricité où que nous soyons. Ce mode de vie, nous l’avons déjà testé et approuvé pendant presque 3 ans. Le sentiment de liberté que procure la vie sur la route nous manque terriblement. Encore plus dans la période actuelle pendant laquelle nos mouvements sont limités et contrôlés.

Photos en drone des Pyrénées
Nouvelles perspectives de prises de vue pour 2021

On rêve des longues lignes droites d’Amérique du Sud, des plaines sauvages d’Alaska et des Parcs Nationaux des États-Unis. Ça reste à l’état de rêve pour l’instant. Il faudra se contenter (et c’est déjà super chouette) de la France et de l’Europe dans un premier temps. L’occasion de découvrir et redécouvrir de très beaux territoires moins loin de nos familles. Ça suffit pour nous motiver et nous pousser à continuer dans cette lancée.

En ce moment même, nous scrutons quotidiennement LeBonCoin à la recherche de notre futur véhicule/maison. D’ailleurs, si vous connaissez quelqu’un qui connait quelqu’un … qui vend un camping-car en bon état de marche, n’hésitez pas à nous faire signe.

Autre projet, celui de produire davantage de contenu vidéo. Une dimension qui nous est encore relativement peu connue mais qui attire fortement notre curiosité.

Cirque de Gavarnie - blog de voyage et de randonnée
Le fabuleux cirque de Gavarnie

Bilan 2020 le mot de la fin

Voilà, 2020, c’est bel et bien terminé. Ça aura été une année mouvementée, pleine de surprises et de rebondissements. Impossible de nous plaindre étant donné que nous sommes plutôt bien lotis. Nous avons la chance de vivre la vie que l’on veut et ce n’est malheureusement pas donné à tout le monde.

On tenait à adresser ici tous nos vœux à nos lecteurs, fidèles ou occasionnels. Vous avez été près de 20 000 à parcourir les pages du site en 2020. Si on est loin d’être au niveau d’un gros blog de voyage, les chiffres sont en hausse constante depuis cet été. Nos articles de randonnées se classent très bien sur Google et nous permettent de toucher un large public. Et puis, le blog est tout jeune donc cette croissance est vraiment très prometteuse.

Cirque de Troumouse randonnée dans les Hautes pyrénées
Le superbe cirque de Troumouse dans les Hautes-Pyrénées

Nous allons bien évidemment continuer de publier du contenu sur nos voyages et nos treks, avec on l’espère, l’ajout d’une rubrique « voyage en van en Europe » très bientôt !

Merci d’avoir été jusqu’au bout de la lecture. Pour ne rien manquer de la suite de nos aventures, n’oubliez pas que vous pouvez nous suivre sur nos réseaux sociaux juste ici :

Vous pouvez également vous abonner à notre Newsletter qui reste très occasionnelle afin d’annoncer la parution de gros articles, d’annonces des évènements ou faire état de notre humeur du moment. Pas de quoi spammer votre boîte mail, juste un petit billet de temps en temps pour vous tenir informé de nos actualités.

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *